Près d'un Français sur deux est en surpoids

Près d'un Français sur deux est en surpoids
Une personne dans un centre médical du CHU d'Angers (illustration)

Orange avec AFP, publié le mardi 25 octobre 2016 à 08h10

L'ampleur du phénomène risque d'en surprendre plus d'un. Selon une étude menée par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et la Caisse nationale d'assurance maladie, dont les résultats sont révélés ce mardi 25 octobre, près d'un Français sur deux âgé entre 30 et 69 ans ans serait en surpoids.

Pire : 16% des personnes de cette tranche d'âge seraient atteintes d'obésité. Ces chiffres, détaillés ce mardi par Le Monde, sont issus d'une enquête longue de trois ans, impliquant une "cohorte" de 29.000 volontaires, qui ont été suivis médicalement. Principal enseignement : le fléau du surpoids est bien lié aux inégalités sociales. "Il y a une forte corrélation entre le niveau de revenu et la fréquence de l'obésité", observe Sébastien Czernichow, médecin nutritionniste impliqué dans l'étude.


"C'est un indicateur indirect de l'accès à des équipements sportifs de qualité, un environnement favorable et une alimentation de bonne qualité", estime t-il.

C'est donc un fait : le milieu social et économique joue pour beaucoup dans l'excès de poids d'un individu, et ces disparités se retrouvent également au niveau géographique. Les départements ou régions en difficulté sur le plan économique sont les plus touchés par l'obésité. Le Nord est ainsi le département le plus touché par l'obésité (25,6%), devant la Meurthe-et-Moselle (22,9%). Tout en bas de ce classement figure Paris (10,7%).

LES FRANÇAIS "DANS LA MOYENNE"

Dans leur méthodologie, les épidémiologistes ont calculé les indices de masse corporelle (IMC) des volontaires. Cet indice est le rapport entre le poids (en kilogrammes) et la taille au carré (en mètre). Selon ces résultats, 56,8% des hommes et 40,9% des femmes apparaissent en situation de surcharge pondérale.

"Ces résultats ne sont pas une surprise. Ils confirment les tendances déjà mises en avant par les études antérieures", indique Marie Zins, médecin épidémiologiste, interrogée par Le Monde. "Globalement, l'excès de poids continue d'augmenter légèrement au sein de la population. Mais on n'assiste pas à une explosion de l'obésité.

A l'échelle européenne, les Français sont dans la moyenne d'un classement "dominé" par les Maltais et les Irlandais, dont 76% des hommes sont en surcharge pondérale. La Suisse (33%) obtient, elle, les meilleurs résultats.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.