Premier week-end reconfiné pour le Pas-de-Calais, nouvelles restrictions dans les départements sous surveillance renforcée

Premier week-end reconfiné pour le Pas-de-Calais, nouvelles restrictions dans les départements sous surveillance renforcée
Des promeneurs sur les quais de Seine, le 20 février 2021.

, publié le samedi 06 mars 2021 à 09h05

Les centres commerciaux non alimentaires de plus de 10.000 m² ont fermé leurs portes dans les 23 départements sous "surveillance renforcée" et les habitants de ces territoires sont invités "à ne pas sortir, autant que possible, de leur département".

Alors que la situation épidémique est "toujours préoccupante", le gouvernement a annoncé jeudi 4 mars de nouvelles restrictions qui entrent en vigueur ce samedi 6 mars dans les départements placés sous "surveillance renforcée". La plus emblématique d'entre elles est un confinement pour les habitants du Pas-de-Calais durant quatre week-ends consécutifs, soit jusqu'au 28 mars.

Cette mesure touche déjà les habitants de Nice, du littoral des Alpes-Maritimes et de l'agglomération de Dunkerque.



Dans ces territoires, une attestation dérogatoire est obligatoire pour se déplacer du vendredi soir 18 heures au lundi matin 6 heures. Différents motifs sont possibles comme les achats de première nécessité ou des déplacements de 5 km autour du domicile pendant une heure. Le préfet du Pas-de-Calais a également annoncé la généralisation du port du masque sur l'ensemble du département, y compris dans les zones rurales, l'interdiction de la consommation d'alcool et de la diffusion de musique sur la voie publique, ainsi que la fermeture des magasins dont la surface utile est supérieure à 5.000 m². 

En revanche, la région parisienne, où six départements sur huit connaissent un taux d'incidence supérieur à 300 nouveaux cas pour 100.000 habitants (sur sept jours), bien au-dessus du seuil d'alerte maximale de 250, a échappé à cette mesure. "La charge sanitaire hospitalière n'est pas la même dans la région Hauts-de-France et en Île-de-France", a fait valoir le ministre de la Santé sur RMC-BFMTV. "Il y a de telles interactions sociales entre un département francilien et un autre que mettre en place des mesures le week-end (dans l'un) ça voudrait dire les mettre en place dans toute l'Île-de-France. Or si cela pouvait se discuter dans le département de la Seine-Saint-Denis, dans un certain nombre de départements limitrophes ce n'était pas indispensable à ce stade," a-t-il souligné.

Dans toute la France, la "surveillance renforcée" concerne désormais 23 départements. Le Premier ministre Jean Castex a invité les habitants de ces territoires "à ne pas sortir, autant que possible, de leur département ou de leur région s'agissant des départements franciliens" et recommandé à tous les Français de ne pas dépasser la jauge des 6 personnes lors des moments conviviaux. 





Les centres commerciaux non alimentaires de plus de 10.000 m² (et non plus 20.000) seront fermés dans ces 23 départements, s'ajoutant aux bars, restaurants, lieux culturels ou salles de sport, qui ont baissé le rideau depuis quatre mois, sans perspective de réouverture.


Dans la capitale, la consommation d'alcool est en outre interdite jusqu'au 21 mars sur les quais de Seine, les rives du Canal Saint-Martin, l'esplanade des Invalides et d'autres places prisées pour s'y rassembler ou s'y promener.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.