Pourquoi les prix de l'alcool ont bondi depuis le début de l'année

Pourquoi les prix de l'alcool ont bondi depuis le début de l'année
(Photo d'illustration)

, publié le lundi 08 avril 2019 à 17h47

Depuis la mise en place de la loi Alimentation, le 1er février, le tarif des alcools a progressé en moyenne de 3,2 %, selon les derniers calculs du cabinet d'études Nielsen.

Fin janvier, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume reconnaissait que les prix de centaines de produits alimentaires de grande marque allaient augmenter d'environ 4% dès le 1er février dans les supermarchés. La raison ? Le relèvement à 10% du "seuil de revente à perte", imposé par la loi Alimentation, qui devrait permettre à la grande distribution de mieux rémunérer les producteurs issus des filières agricoles et aquacoles. 

Qu'en est-il vraiment, deux mois après la mise en place de la loi ? Selon une étude du cabinet Nielsen publiée la semaine dernière, les prix sont restés globalement stables. Si on considère l'ensemble des produits de grande consommation, on constate que "les prix ont augmenté de 0,1% entre le 26 janvier et le 29 mars dernier", selon cette enquête. Un chiffre qui cache néanmoins de grandes disparités. En effet, si les prix des marques de distributeurs du cœur de gamme poursuivent leur baisse, le top 100 des produits de références, qui représente 5% des ventes, a vu ses prix augmenter de 4,8% en moyenne. 

Près de 9% d'augmentation pour les gins et rhums

Dans le détail, les prix de l'alcool ont bondi de 3,2%, souligne ce lundi 8 avril Le Parisien. Là encore, il existe de grandes disparités. Si les champagnes sont relativement épargnés (+1,1%), ce n'est pas le cas des bières (+7,3%), des rhums (+8,6%) ou encore des gins (+8,8%). Les mousseux et le pastis ont également vu leurs prix flamber avec des hausses respectives de 5,3% et 6,8%.





En revanche, le prix des vins n'a pas beaucoup augmenté, car comme "les marges étaient déjà confortables, les tarifs n'ont pas été beaucoup relevés", explique Le Parisien
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.