Pour son 20e anniversaire, Solidays met à l'honneur ses bénévoles

Chargement en cours
Edition 2016 de Solidays
Edition 2016 de Solidays
1/2
© AFP, GEOFFROY VAN DER HASSELT

AFP, publié le mercredi 20 juin 2018 à 08h57

Guetta, Bigflo & Oli et Jain mais aussi Paulin et Yann, sans qui Solidays n'existerait pas: pour ses 20 ans, l'emblématique festival solidaire, qui se tient de vendredi à dimanche à Paris, met à l'honneur ses 2.400 bénévoles. 

Sombreros sur les têtes et sourires sur les visages, une cinquantaine de bénévoles sont à pied d'œuvre depuis quelques jours sur les pelouses de l'hippodrome de Longchamp, pour que tout soit prêt pour accueillir les quelque 200.000 festivaliers attendus pendant trois jours. 

La plupart ont moins de trente ans, campent sur le site et travaillent huit heures par jour pour délimiter les espaces, disposer des palettes pour créer tables et chaises autour d'un bar, entre autres. Sur l'ensemble du festival, du montage au démontage en passant par l'accueil et la prise en charge des spectateurs, ils seront 2.400 bénévoles mobilisés. 

"Je ne raterai une édition pour rien au monde", s'exclame Paulin Kangni, 38 ans, qui participe pour la cinquième fois. 

Cet ancien animateur prévention de lutte contre le sida à Lomé, au Togo, a découvert Solidays il y a sept ans, alors qu'il était invité sur le village des associations, l'un des cœurs actifs du festival. Sont invités tous les ans une vingtaine de partenaires de pays du Sud, dont une partie des programmes d'aide aux malades est financée par Solidarité Sida, l'association organisatrice. 

Depuis sa création en 1999, Solidays a récolté plus de 25 millions d'euros en faveur de la lutte contre le sida, et soutenu près de 2.200 programmes dans 42 pays.

"A Solidays, j'ai découvert une grande famille, une générosité incroyable, un enthousiasme sans limite que je n'avais jamais vu ailleurs", explique Paulin, qui depuis cinq ans vit en Bretagne où il travaille comme intérimaire. 

Pour Luc Barruet, cofondateur de Solidarité Sida et directeur du plus grand festival francilien, "ce sont les bénévoles qui portent ce festival depuis 20 ans".

- Record d'affluence? -

Pour leur rendre hommage, le festival proposera "notamment une exposition-photo sur les bénévoles qui ont fait le montage en 2016 dans des conditions absolument apocalyptiques, sous les orages et des pluies diluviennes."

Ce rendez-vous annuel a "fait naître de nombreuses vocations chez ces jeunes", assure Luc Barruet. "Je connais des dizaines et des dizaines d'anciens bénévoles qui aujourd'hui ont une carrière dans le social, l'humanitaire ou la santé grâce à Solidays".

A l'image de Yann, 25 ans, bénévole pour la deuxième année consécutive: "Solidays m'a ouvert d'autres horizons, aujourd'hui j'ai envie de travailler pour quelque chose qui a du sens, dans le monde associatif par exemple."

Cette année, ces bénévoles vont recevoir le renfort de quelques personnalités pour servir au bar ou vendre des tee-shirts: "Vous pourrez retrouver des comédiens, des animateurs, des sportifs ou encore les parrains de l'association Antoine de Caunes, Mc Solar et Claudia Tagbo", annonce le directeur fondateur, qui garde toutefois le suspense sur les autres célébrités enrôlées.

Les stars musicales, elles, sont connues. Vendredi, le rappeur français Nekfeu, le groupe Bagarre ou la chanteuse Jain ouvrent le bal. Samedi et dimanche, Amadou & Mariam, David Guetta, Roméo Elvis, Bigflo & Oli, L'impératrice, Juliette Armanet, Niska ou encore Two Door Cinema Club suivront sur les neuf scènes de l'hippodrome.

"Il y a beaucoup d'artistes qui voulaient participer aux 20 ans de Solidays, c'était important pour eux d'être présents pour cet anniversaire symbolique", selon Luc Barruet.

Et si l'année dernière la fréquentation du festival était en baisse - notamment en raison de l'offre de plus en plus importante en festivals à Paris - l'édition 2018 pourrait battre un record d'affluence. Quelques billets (allant de 40 à 99 euros) seront remis en vente sur le site du festival vendredi à partir de 10h. 

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU