Portraits de Macron décrochés: un rassemblement et un nouveau décrochage pendant le procès à Paris

Chargement en cours
Rassemblement pour soutenir des militants qui ont décroché des portraits d'Emmanuel Macron, le 11 septembre 2019 devant le TGI de Paris
Rassemblement pour soutenir des militants qui ont décroché des portraits d'Emmanuel Macron, le 11 septembre 2019 devant le TGI de Paris
1/2
© AFP, STEPHANE DE SAKUTIN

AFP, publié le mercredi 11 septembre 2019 à 16h27

"Nous sommes tous décrocheurs de portraits": plus de 200 personnes se sont rassemblées mercredi devant le TGI de Paris, avant le début de l'audience de militants qui ont décroché des portraits d'Emmanuel Macron à Paris, a constaté une journaliste de l'AFP.

Huit militants écologistes et un vidéaste, âgés de 23 à 36 ans, sont jugés mercredi après-midi devant la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour "vol en réunion" après avoir participé en février au décrochage de portraits d'Emmanuel Macron dans des mairies d'arrondissement de la capitale.

"Ce matin, il y a un mélange entre détermination, car motivée à expliquer pourquoi il faut rentrer en désobéissance civile sur les questions écologiques, et un peu d'appréhension car cela reste un procès", a expliqué Cécile Marchand, 24 ans.

Selon la militante, salariée dans l'association les Amis de la terre, "ce n'est pas notre procès mais le procès de l'inaction climatique de Macron, nous n'avons rien à faire ici".

"Aujourd'hui, il faut s'engager dans la rue, ce n'est plus le temps de l'expertise et du plaidoyer", a déclaré Jean-François Julliard, directeur exécutif de Greenpeace France, entouré des neufs prévenus et devant des manifestants, tous munis d'une pancarte "Stop à l'inaction climatique". 

Cécile Duflot, directrice d'Oxfam France, souligne aussi que ce n'est "plus le temps d'alerter mais de passer aux actes pour marquer les esprits", tout en se demandant si "les juges vont comprendre ce que les dirigeants ne comprennent pas ?". 

Alors que l'audience débutait en début d'après-midi, une dizaine de militants ont décroché un portrait d'Emmanuel Macron à la mairie de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), sous l'oeil incrédule de quelques salariés, a observé une journaliste de l'AFP, avant que le portrait soit emballé et emmené par un militant à vélo pour être ensuite "caché dans un endroit inconnu".

"Cette action est très importante en vue du procès, d'abord pour soutenir les prévenus et puis toujours pour souligner le vide de la politique écologique de Macron", ont précisé à l'AFP Sandy Olivar Calvo et Marie Cohuet, toutes deux âgées de 24 ans, qui n'en sont pas à leur premier décrochage. 

Depuis le lancement de sa campagne de désobéissance civile "Décrochons Macron", le mouvement Action non-violente COP21 (ANV-COP21) revendique la "réquisition" de 133 portraits officiels du président.

Par ailleurs, 57 personnes ont fait l'objet de poursuites en correctionnelle, principalement pour "vol en réunion", un délit pour lequel la peine maximale encourue est de cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende. 

Le premier procès de "décrocheurs" s'était tenu fin mai à Bourg-en-Bresse. Un militant écologiste avait été condamné à une peine d'amende ferme de 250 euros et cinq autres à une amende avec sursis, le 12 juin.

Douze autres procès de "décrocheurs" sont prévus jusqu'à septembre 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.