Port du masque en entreprise : le refus de l'employé sera considéré comme "une faute"

Port du masque en entreprise : le refus de l'employé sera considéré comme "une faute"
Un panneau indiquant l'obligation du port du masque à Lille.

, publié le mercredi 19 août 2020 à 13h20

Au micro de BFMTV, Alain Griset, ministre délégué aux PME/TPE, a annoncé que le refus du salarié de se conformer à l'obligation du port du masque serait considéré comme une faute. Des contrôles auront également lieu dans les entreprises.

Le ton se durcit quant au port du masque en entreprises, qui suscite des réserves, à la fois chez les employeurs et les employés.

Conscient de la situation, Alain Griset, ministre délégué aux PME/TPE, "préfère faire confiance à la responsabilité de chacun". 


Néanmoins, il a annoncé, au micro de BFMTV, que le respect de l'obligation sera surveillé. "Il y a déjà eu des contrôles et il y en aura encore, c'est évident." 

Il a également prévenu les employés récalcitrants, qui s'exposeront à des sanctions de la part de leur employeur, s'il ne porte pas le masque. "Si le salarié refuse de mettre le masque, l'employeur lui fera les remarques, pourra donner un avertissement. Cela pourra être considéré comme une faute."

Annoncée mardi 18 août par la ministre du Travail, Elisabeth Borne, l'obligation du port du masque en entreprises, sauf dans les bureaux individuels, sera effective à la rentrée. "Il est nécessaire de systématiser, comme l'a préconisé le Haut conseil de la santé publique (HCSP), le port du masque dans tous les espaces de travail qui sont clos et partagés", avait indiqué la ministre.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.