Polynésie: dans un hôpital saturé, les soignants continuent de lutter

Chargement en cours
Les urgences du Centre Hospitalier de Polynésie Française (CHPF), à Pirae, près de Papeete le 3 septembre 2021
Les urgences du Centre Hospitalier de Polynésie Française (CHPF), à Pirae, près de Papeete le 3 septembre 2021
2/2
© AFP, Suliane FAVENNEC
A lire aussi

publié le samedi 04 septembre 2021 à 23h25

Sur le parking des urgences du centre hospitalier de Polynésie Française, à Papeete, dans le brouhaha du moteur des ambulances, un brancardier convoie une femme âgée, placée sous oxygène, jusqu'au poste de tri avancé qui l'envoie vers les urgences Covid.

Dans cet archipel frappé de plein fouet par l'épidémie de Covid depuis début août, le Dr Tony Tekuataoa, chef des urgences, explique que "depuis quelques jours les chiffres ont tendance à diminuer un petit peu". Il espère avoir "passé" le sommet de la "vague", après avoir connu "un taux de contamination extraordinaire", et "une explosion de cas".

Il raconte avoir vu les urgences submergées lors d'une "journée assez noire le 18 août, où on a été clairement dépassés".

Mais, si le nombre d'arrivées semble un peu diminuer depuis quelques jours, "ça ne résout pas le problème de l'hospitalisation et surtout de la réanimation puisque les durées moyennes de séjour dans cette pathologie sont assez longues", indique-t-il. 

Les malades qui "ont une moyenne d'âge entre 47 et 48 ans", resteront en réanimation de une à trois semaines, selon la gravité de leur état, explique la cheffe du service de réanimation, le Dr Laure Baudouin.

Allongés sur le dos, les patients "sédatés et intubés", une majorité d'hommes, occupent les lits de ce qui est en temps normal la salle de réveil, à côté des blocs opératoires.

Il fait jour mais les patients, sous constante observation, sont allongés sous la lumière crue des néons. Le personnel soignant échange à mots feutrés avec en bruit de fond le ronflement des machines et les bips qui témoignent des constantes des malades.

"On fait des soins en continu, on s'en occupe H24", explique le Dr Baudouin qui raconte que depuis le début de la crise tout le personnel a annulé ses congés, tandis que l'hôpital a reçu l'appui de réservistes.

Cela ne suffit cependant pas, estime-t-elle.

- Frustration des soignants -

"Dans le service, on est frustrés de ne pas pouvoir ouvrir tous les lits à notre disposition parce qu'on manque encore de ressources", témoigne la cheffe de la réanimation, qui évoque la "saturation" de la réanimation.

Le centre hospitalier a en temps normal 24 lits de réanimation. Avec l'épidémie, l'hôpital a armé 63 lits de réanimation en débordant sur d'autres services "mais tout n'est pas ouvert car on n'a pas le personnel pour tous les lits pour l'instant", selon le Dr Baudouin.

Aujourd'hui, "on a 24 infirmières/jour et 24 infirmières/nuit et il nous en faudrait 30 si on voulait s'occuper de tous les lits qu'on a".  

Car un lit de réanimation ce n'est pas seulement un lit physique, du matériel, "mais surtout il faut des ressources humaines, on ne peut pas s'occuper de patients si on a aucune connaissance de la réanimation", assure la médecin.

La conséquence, c'est qu'"on laisse des patients, qui nécessiteraient des soins intensifs, en dehors de la réanimation". Ils n'y accèdent qu'"au dernier moment quand vraiment ils ont besoin d'une place en réanimation".

Du coup, "on priorise, on prend toujours les patients les plus graves et on laisse les autres dans les étages", raconte le Dr Baudouin.

"Ce sont des discussions collégiales avec les réanimateurs sur des critères de comorbidité, d'âge, de poids, mais c'est aussi malheureusement, et ce qu'on a vécu, un problème de place. Nous sommes montés de 24 à 49 places, mais même avec ça on a été saturés", témoigne également le Dr Tekuataoa.

"La réserve (sanitaire) vient nous aider pour nous renforcer, mais aussi pour soulager les équipes parce que derrière la crise sanitaire il y a aura une crise psychologique des soignants", prédit le chef des urgences qui s'attend à voir des cas de stress post traumatiques car "on est là pour sauver des malades, pas pour les voir mourir". 

Depuis le début de la crise sanitaire, 480 personnes sont décédés en Polynésie française, selon les données officielles actualisées vendredi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.