Pollution : la moitié nord du pays suffoque, "neige industrielle" en Île-de-France

Pollution : la moitié nord du pays suffoque, "neige industrielle" en Île-de-France
Des restrictions de circulation ont été mises en place à Lyon, où le niveau de pollution aux particules est maximal
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 23 janvier 2017 à 13h39

Un nouvel épisode de pollution frappe la moitié nord de l'Hexagone et devrait se prolonger dans les prochains jours. Le nuage de particules fines s'étend des Hauts-de-France jusqu'à Lyon à la Vallée du Rhône.

À l'extrême-nord du pays, l'observatoire Atmo-Hauts-de-France a classé la qualité de l'air à son pire niveau (très mauvais, 10/10) sur une large portion du Nord et du Pas de Calais. Le nuage de pollution venu du nord s'est répandu ces dernières heures à l'Est et à l'Ouest. À Rennes, l'indice de pollution aux particules est plus de 4 fois supérieur à la moyenne annuelle (111 contre 26). À Strasbourg, l'indice de qualité de l'air dépasse le seuil d'alerte pour la deuxième journée consécutive. Dans la région lyonnaise, Lyon et Villeurbanne sont également en niveau d'alerte maximale.


Côté ciel, les conditions atmosphériques bloquent l'évacuation des polluants. En cause : la persistance de conditions anticycloniques, sèches, et de températures froides, le manque de vent, et les inversions de températures. Les émissions de particules sont également favorisées par le chauffage résidentiel. Côté sanitaire, les instructions demeurent les mêmes : limiter les activités physiques et sportives intenses, et éviter les déplacements sur les grands axes routiers.

"On va rester dans ces conditions au vu des prévisions météorologiques, a expliqué un prévisionniste d'Airparif, l'observatoire en charge de la surveillance de la qualité de l'air en région parisienne.

"NEIGE INDUSTRIELLE"

Ce lundi 23 janvier, en Île-de-France, l'indice de pollution aux particules était de 94 à la mi-journée, contre 98 la veille. Il devrait rester "élevé" pour la journée de mardi, à 84. L'air froid combiné aux importantes concentrations de particules fines ont donné lieu ce lundi à des chutes de "neige industrielle", un phénomène rare se produisant lors de forts niveaux de pollution couplés à des températures négatives. Au contact de l'air humide, les particules fines deviennent un "noyau de condensation" créant des cristaux de glace, qui, une fois assemblées, vont former des flocons. Cette "neige de pollution" est impossible à distinguer à l'œil nu de la neige naturelle.

Les taux de pollution aux particules fines (PM10) devraient franchir le seuil d'alerte (établi à 80 microgrammes/m³ d'air) sur une grande moitié nord du territoire, et dans une moindre mesure le sud-ouest du pays.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.