Pollution de l'air : plus de trois enfants sur quatre y sont exposés

Pollution de l'air : plus de trois enfants sur quatre y sont exposés
Paris sous un nuage de pollution.

publié le jeudi 14 octobre 2021 à 11h17

Un rapport de Réseau action climat et Unicef France pointe l'injustice sociale qui pèse sur les enfants pauvres, la pauvreté étant un facteur aggravant quant aux risques liés à la pollution. 

En France, plus de trois enfants sur quatre respirent un air pollué. C'est le signal d'alarme que lancent Réseau Action Climat et Unicef France dans un rapport publié jeudi 14 octobre.

Ce chiffre "s'explique par une exposition plus importante à la pollution atmosphérique dans les villes, où vivent la plupart des enfants", note le rapport. 




Pourquoi les enfants sont-ils particulièrement exposés ? Le rapport souligne "l'immaturité de leurs organismes et la fréquence à laquelle ils respirent, susceptibles d'entraîner de nombreuses pathologies" comme l'asthme et les allergies par exemple. Le transport routier est l'une des principales sources de pollution atmosphérique, responsable notamment de 63 % des oxydes d'azote. 

"La double peine" pour les enfants pauvres

La pauvreté est un facteur aggravant pour ces enfants déjà exposés. "Les populations pauvres peuvent plus difficilement se soustraire à des conditions de vie défavorables faute de ressources suffisantes, elles sont donc davantage susceptibles de cumuler plusieurs expositions néfastes", développe le rapport. En effet, ces zones défavorisées "disposent de moins d'espaces verts, de parcs, d'aires de jeux et de loisirs, ou d'autres ressources susceptibles de contrebalancer des conditions de vie moins favorables". 



Pour Jodie Soret, chargée de relations avec les pouvoirs publics à Unicef France, les enfants vivant dans la pauvreté sont victimes "d'une double peine". "Ils sont vulnérables à la pollution de l'air en tant qu'enfant et cette vulnérabilité est exacerbée par leur statut socio-économique et celui de leurs parents". Pour rappel, selon l'Unicef, "un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté en France, soit près de 3 millions d'enfants en situation de pauvreté". 

Pour une meilleure prise en compte des enfants par les pouvoirs publics

Le Réseau action Climat et Unicef France formulent cinq recommandations pour lutter contre l'exposition des enfants à la pollution, parmi lesquelles accompagner les changements de mobilité, renforcer les exigences applicables aux établissements recevant un public jeune, appliquer les exigences de justice sociale aux mesures de réduction du trafic routier. Par exemple : "faire bénéficier en priorité les écoles les plus exposées et les enfants les plus vulnérables des aménagements tels que les rues scolaires". Les associations demandent enfin une meilleure prise en compte des enfants dans les politiques de santé environnementale. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.