Policiers tués à Magnanville : l'ombre de Fabien Clain

Policiers tués à Magnanville : l'ombre de Fabien Clain

Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider ont été tués le 13 juin à Magnanville par Larossi Abballa.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 20 juin 2016 à 20h40

- Une semaine après le meurtre d'un couple de policiers à Magnanville par le terroriste présumé Larossi Aballa, BFMTV a révélé lundi 20 juin qu'un document mentionnant le nom de Fabien Clain a été retrouvé au domicile d'un proche du meurtrier des deux fonctionnaires. Soupçonné d'implication dans des filières jihadistes, Clain est déjà bien connu des services de police pour avoir prêté sa voix au message de revendication des attentats du 13 novembre à Paris, ainsi que pour ses liens supposés avec Mohamed Merah et Sid Ahmed Ghlam.

-

Cela en deviendrait une sinistre habitude. Alors que plusieurs centaines de personnes ont assisté lundi matin à Pézenas (Hérault) à un dernier hommage au couple de fonctionnaires de police assassinés dans les Yvelines le 13 juin par Larossi Abballa, BFMTV révèle que les enquêteurs ont découvert chez un proche de l'auteur du meurtre un document comportant le contact de Fabien Clain. Un bout de papier sur lequel était écrit son adresse mail ainsi que son numéro d'écrou aurait ainsi été retrouvé lors d'investigations menées au domicile de Saad Rajraji.

Cet individu est l'un des deux hommes mis en examen samedi 18 juin dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, à Magnanville (Yvelines). Saad Rajraji et Charaf-Din Aberouz, 27 et 29 ans, sont connus de l'antiterrorisme français. Ils avaient été condamnés avec Abballa en septembre 2013, lors du procès d'une filière d'envoi de jihadistes au Pakistan.

CLAIN, UN "SERPENT DE MER" DU JIHADISME EN FRANCE

Pilier de la mouvance jihadiste toulousaine des frères Merah, Fabien Clain a enregistré le message audio revendiquant les attentats du 13 novembre 2015 au nom du groupe État islamique. Il avait auparavant été condamné dans le cadre de l'enquête sur la filière d'Artigat, petit village d'Ariège qui servait de lieu de rencontre entre jeunes radicalisés, pour laquelle il avait écopé de 5 ans d'emprisonnement en 2009. Son nom apparaît aussi dans l'affaire de l'attentat manqué de Villejuif, en avril 2015. Il est soupçonné d'avoir fourni une aide logistique au terroriste présumé Sid Ahmed Ghlam. Cet étudiant âgé de 24 ans à l'époque des faits est accusé d'avoir fomenté un projet avorté d'attaque contre une église, qui avait fait une victime : Aurélie Chatelain.

 
11 commentaires - Policiers tués à Magnanville : l'ombre de Fabien Clain
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]