Policiers agressés à Herblay : un homme s'est livré

Policiers agressés à Herblay : un homme s'est livré
(Photo d'illustration)

, publié le vendredi 09 octobre 2020 à 16h04

Trois individus étaient en fuite après avoir attaqué et grièvement blessé par balles mercredi soir deux policiers à Herblay, dans le Val-d'Oise. 

Un suspect s'est livré à la police vendredi 9 octobre et a été placé en garde à vue dans l'enquête sur la violente agression de deux policiers mercredi soir à Herblay (Val-d'Oise). Cet homme s'est rendu dans la matinée à la police judiciaire de Versailles en se présentant, selon une source proche de l'enquête, comme un des trois agresseurs qui ont attaqué par balles deux policiers qui étaient en mission de surveillance.


Une autre source proche de l'enquête appelait toutefois à la prudence et affirmait que cet homme s'était présenté à la police pour lever des doutes sur son implication. Contacté par l'AFP, le procureur de Pontoise Eric Corbaux a simplement confirmé qu'un suspect avait été placé en garde à vue à 10H30, se refusant à donner plus de détails.  Selon une des sources proches de l'enquête, le suspect en garde à vue est un homme de 28 ans défavorablement connu des services de police.

L'avocat de cer homme a par la suite donné quelques informations supplémentaires au Parisien.

Il indique que son client se trouvait sur les lieux avec deux autres personnes au moment de l'agression. "Il me dit qu'il n'était pas impliqué dans les violences, mais qu'il était là", a précisé Me Joseph Cohen-Saban. C'est lui qui aurait appelé le 17 en voyant les deux policiers en planque dans leur voiture, pensant "avoir identifié des cambrioleurs appartenant à la communauté des gens du voyage", écrit le quotidien.

Un policier toujours entre la vie et la mort

Mercredi soir, deux policiers en mission de surveillance ont été attaqués par trois individus qui leur ont volé leurs armes avant de leur tirer dessus. Membres de la police judiciaire de Cergy-Pontoise, les deux victimes, âgées de 30 et 45 ans, "ont été prises par surprise" alors qu'elles "se trouvaient en surveillance dans une zone industrielle d'Herblay", avait précisé le parquet de Pontoise dans un communiqué.

Autour de 22H30, ces trois personnes sont arrivées aux abords de la voiture des policiers, pensant avoir affaire à "des gens du voyage". Une fois que les policiers ont décliné leur profession, ils ont été extraits de leur voiture et attaqués. "Ils les ont pris pour des gitans déguisés en flic", selon une source policière. "Ils ont été sortis de la voiture et roués de coups",  avait précisé à l'AFP Ludovic Collignon, du syndicat de policiers Alliance. Dans la lutte, les agresseurs leur ont dérobé leurs armes de service et ont ouvert le feu.

L'un des policiers, touché par quatre balles, se trouve toujours entre la vie et la mort
. Plus légèrement touché, le second policier a, lui, été atteint de deux balles. Tous les deux présentent de multiples traces de coups, et le plus grièvement blessé souffre d'une fracture du crâne.

"Actes d'une grande sauvagerie"

Ces policiers ont été "massacrés" avec "selon toute vraisemblance la claire intention de tuer", a dénoncé Gérald Darmanin devant le commissariat de Cergy-Pontoise auquel étaient rattachés les deux fonctionnaires. Le ministre a évoqué des "actes d'une grande sauvagerie".

Le Premier ministre Jean Castex a de son côté fustigé les "lâches individus" qui ont "odieusement attaqué" les deux fonctionnaires, les accusant d'avoir "aussi pris pour cible la République". "Cette affaire nous révolte et nous bouleverse", a renchéri le patron de la police nationale Frédéric Veaux, dans un courrier adressé à l'ensemble de ses troupes, évoquant une "tentative de meurtre". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.