Police: la "clé d'étranglement" remplacée par 3 autres techniques d'interpellation

Chargement en cours
Une inscription faite sur un mur lors d'une marche blanche le 3 janvier 2021 à Paris en mémoire de Cédric Chouviat, un livreur mort à Paris en janvier 2020 après un contrôle de police
Une inscription faite sur un mur lors d'une marche blanche le 3 janvier 2021 à Paris en mémoire de Cédric Chouviat, un livreur mort à Paris en janvier 2020 après un contrôle de police
1/2
© AFP, Sameer Al-DOUMY

publié le vendredi 30 juillet 2021 à 21h49

La "clé d'étranglement", technique d'interpellation policière controversée, est officiellement remplacée par trois nouvelles techniques, selon un courrier du patron de la police nationale daté de vendredi et consulté par l'AFP.

L'abandon de cette technique avait été annoncé en juin 2020 par l'ancien ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, mais elle restait toujours utilisée faute de directive sur de nouvelles pratiques.

Dans son courrier adressé à tous les hauts responsables de la police, le directeur général de la police nationale Frédéric Veaux explique que le rapport de synthèse (confié à l'été 2020 au patron de la police du Val-d'Oise Frédéric Lauze, ndlr) avait constaté que la technique de la "clé d'étranglement" présentait "des risques".

"Il est donc décidé d'y renoncer définitivement", ajoute M. Veaux, avant de détailler les trois techniques qui la remplaceront et seront dorénavant enseignées aux policiers.

Il s'agit de "l'amener au sol par pivot", de "l'amener au sol par contrôle de demie épaule et de "la maîtrise par contrôle de la tête".

Ces nouvelles techniques sont basées sur "le principe de gradation de la force en fonction de la résistance de l'individu, en utilisant des méthodes d'amener au sol et de maîtrise sans avoir recours à une pression continue et prolongée au niveau du larynx", écrit le patron de la police.

La clé "d'étranglement" avait été mise en cause dans affaire Chouviat, ce livreur mort à Paris en janvier 2020 après un contrôle, ce qui avait conduit le ministre de l'Intérieur d'alors à annoncer son abandon.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.