Police : l'anonymat entre en vigueur dans les procédures sensibles

Police : l'anonymat entre en vigueur dans les procédures sensibles

La mesure avait été réclamée par les syndicats en juin 2016 après l'attentat jihadiste de Magnanville (Yvelines).

Orange avec AFP, publié le samedi 31 mars 2018 à 11h58

C'était une des mesures phares face à la grogne des policiers : l'anonymisation des policiers et gendarmes dans les procédures judiciaires sensibles est entrée en vigueur ce samedi 31 mars, selon un décret paru dans le Journal Officiel (JO).

Les policiers et gendarmes pourront dorénavant être identifiés par leur numéro de matricule administratif plutôt que par leurs noms et prénoms dans les actes de procédures judiciaires, a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué transmis samedi à l'AFP. Cela dès que "la révélation de leur identité est susceptible de mettre en danger leur vie ou leur intégrité physique, ou celle de leurs proches".

Une mesure réclamée après l'attentat de Magnanville

La mesure vise à "assurer une meilleure protection" de forces de l'ordre, notamment hors de leur service. Elle fait partie de la loi relative à la sécurité publique, votée en février 2017, et qui révise les règles de la légitime défense pour les policiers.

La mesure avait été réclamée par les syndicats en juin 2016 après l'attentat jihadiste de Magnanville (Yvelines), au cours duquel un policier et sa compagne avaient été tués chez eux. Une demande réitérée lors d'un mouvement de grogne inédit des policiers démarré en octobre 2016 après l'attaque au cocktail Molotov à Viry-Châtillon (Essonne) qui avait grièvement blessé deux policiers. 

"Les forces de l'ordre sont une des cibles des terroristes", a rappelé Gérard Collomb samedi dans une interview accordée à Ouest France. "Nous travaillons pour améliorer leur protection. Ce samedi matin, plusieurs textes sont publiés qui permettront aux enquêteurs de ne pas être identifiés par leur nom dans les procédures judiciaires. Ces mesures concrètes entrent en vigueur dès demain. Elles sont attendues par les policiers et les gendarmes sur le terrain".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.