Polémique du Centenaire: la France exprime ses "regrets", dit Belgrade

Chargement en cours
Le président serbe Aleksandar Vucic au lac Gazivode au Kosovo le 8 septembre 2018
Le président serbe Aleksandar Vucic au lac Gazivode au Kosovo le 8 septembre 2018
1/2
© AFP, Armend NIMANI

AFP, publié le vendredi 16 novembre 2018 à 18h49

L'ambassadeur de France à Belgrade a dit vendredi au gouvernement serbe "ses regrets", après que les Serbes ont estimé avoir été humiliés par le protocole du centenaire de l'Armistice de 1918, affirme le bureau de la Première ministre.

Sollicités par l'AFP, l'ambassade et le ministère français des Affaires étrangères n'ont pas fait de commentaire. 

Lors d'une rencontre avec la Première ministre Ana Brnabic dans la perspective de la visite annoncée du président Emmanuel Macron, l'ambassadeur Frédéric "Mondoloni a de nouveau exprimé ses regrets pour l'erreur à la cérémonie à Paris", selon le texte. 

Il a insisté "sur le fait que la France n'avait pas oublié le rôle crucial de la Serbie lors de la Première Guerre mondiale", poursuit le bureau d'Ana Brnabic.

Le président Aleksandar Vucic avait été placé le 11 novembre à Paris dans une tribune secondaire, quand celui du Kosovo, Hashim Thaçi, était dans celle d'Emmanuel Macron, avec le Russe Vladimir Poutine, l'Allemande Angela Merkel et l'Américain Donald Trump. 

La différence de traitement a été jugée d'autant plus humiliante que Belgrade ne reconnaît pas l'indépendance du Kosovo, son ancienne province majoritairement peuplée d'Albanais. 

Les Serbes relèvent qu'en proportion de leur population, ils sont la nation qui a payé le plus lourd tribut en nombre de morts. Ils ont notamment combattu aux côtés des Français sur le Front d'Orient. 

Ana "Brnabic a insisté sur l'importance pour les deux pays de travailler à l'amélioration de leurs relations générales, en gardant à l'esprit le rôle joué par (la Serbie) dans la Première Guerre mondiale ainsi que ses victimes", selon le texte qui relève aussi "les relations historiques d'amitié" des deux pays. 

Selon le communiqué, l'ambassadeur l'a informée que "plusieurs accords étaient en préparation et devaient être signés durant la visite du président Macron" début décembre. 

Au lendemain de la cérémonie, Frédéric Mondoloni, pour tenter de répondre à l'émoi, avait dit à une télévision serbe: "Ce qui s'est passé en terme de placement protocolaire dans la tribune, c'est une maladresse regrettable et je prie le président Vucic et le peuple serbe de nous excuser."

Aleksandar Vucic avait remercié sur Twitter l'ambassadeur pour "des mots merveilleux et le respect dont il a fait montre à l'égard des victimes serbes" de la Première Guerre mondiale.

Mais de nombreux Serbes semblent ne pas avoir été convaincus. 

Jeudi, dans un éditorial au quotidien Blic, Vladimir Djukanovic, haut responsable du parti du Progrès (SNS) au pouvoir, avait jugé que "Macron et son protocole (avaient) intentionnellement humilié la Serbie". 

Aleksandar Vucic a promis un accueil "grandiose" à Emmanuel Macron pour "lui montrer ce qu'est l'hospitalité serbe et comment nous voyons l'amitié".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.