Pôle emploi : un chômeur escroqué via une fausse annonce

Pôle emploi : un chômeur escroqué via une fausse annonce
Un homme sur le stand de Pôle emploi à Lille le 28 mai 2015 (illustration).

, publié le vendredi 14 octobre 2016 à 20h22

Difficile d'imaginer se faire arnaquer sur le site de Pôle emploi. C'est pourtant la mésaventure qu'a vécue un chômeur longue durée de Pau (Pyrénées-Atlantiques).

L'homme de 48 ans a été la victime, en mai dernier, de pirates informatiques qui avait publié une fausse annonce sur le site de Pôle emploi, raconte France Bleu Béarn vendredi 14 octobre.



Leur offre ? "Un CDD de 6 mois, chauffeur livreur dans le textile pour la société Lainé. Les débutants sont acceptés. Le salaire est entre 1500 et 2000 euros", relaie la station. La victime répond à cette annonce et est embauchée après deux échanges de mails. La nouvelle recrue reçoit alors un chèque de 2 500 euros à son nom. Les imposteurs exigent qu'il encaisse le chèque et adresse un mandat cash du même montant à l'organisme chargé d'assurer sa formation. L'homme obtempère. Le chèque n'est pas accepté à la banque, il a en effet été volé, affirme L'Express. Mais le chômeur malheureux est, lui, bien débité du montant de son mandat cash. Il vient de se faire flouer de 2 500 euros.

UNE FAILLE RÉSOLUE SELON PÔLE EMPLOI

C'est en détournant le numéro Siret d'une entreprise que les pirates informatiques ont réussi à s'infiltrer dans l'espace employeur de la plateforme de Pôle emploi. "Il n'est plus possible de créer un espace employeur et donc de déposer une offre d'emploi sans qu'il y ait eu une certification par un conseiller Pôle emploi", affirme à France Bleu Dominique Armengaud, experte en sécurité à Pôle emploi. Jusqu'alors, il suffisait d'entrer un simple numéro Siret valide. Ces numéros d'immatriculation, on en trouve en un clic sur Internet.

Si un doute persiste, Pôle emploi peut exiger une rencontre avec les employeurs suspects, ajoute L'Express qui a contacté l'établissement. L'hebdomadaire ajoute que les chômeurs sont également invités à signaler, via la plateforme, une annonce qui leur semblerait douteuse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.