Pôle Emploi : les fausses annonces explosent

Pôle Emploi : les fausses annonces explosent
Une enseigne Pôle Emploi le 7 décembre 2016 à Roubaix (image d'illustration)

, publié le lundi 12 décembre 2016 à 18h15

Gare aux arnaques. Pôle Emploi met en garde contre les escroqueries, de plus en plus sophistiquées, sur son site Internet.

Les offres bidon se multipliant pour soutirer de l'argent aux chômeurs, révèle le Parisien, malgré la vigilance des équipes chargées de filtrer les annonces.

Avec 12 millions d'internautes qui le consultent chaque mois, le site de Pôle Emploi représente un cible de choix pour les escrocs. Qu'est-ce qu'une fausse annonce ? Généralement une offre dans laquelle il est demandé à la personne en recherche d'emploi d'envoyer de l'argent ou de fournir ses coordonnées bancaires. L'objectif pour les escrocs est soit d'obtenir un maximum d'argent en réitérant l'arnaque, soit d'usurper l'identité de leur victime.



- 4 700 FAUSSES ANNONCES EN UN AN -

Au total, ce sont 4.700 fausses annonces qui ont été repérées et 8 000 comptes d'entreprises fermés sur le site durant l'année 2016, ce qui donne une idée de l'ampleur globale des escroqueries. Des algorithmes sont chargés de pister automatiquement les offres suspectes. Toutefois "l'algorithme miracle capable de réduire à zéro les fausses annonces, cela n'existe pas", reconnaît-on chez Pôle emploi.

Même si les arnaques ont existé de tout temps, les méthodes ont évolué et Internet a "démultiplié le phénomène", a déclaré au Parisien la responsable de la lutte contre les fraudes, Catherine Poux.



- LES FAUTES D'ORTHOGRAPHE POUR DÉBUSQUER LES ARNAQUES -

"C'est un vrai problème et un vrai drame. Mais cela reste marginal, même si c'est inacceptable humainement", assure Catherine Poux. Chaque jour, entre 500.000 à 600.000 nouvelles offres sont publiées sur le site de l'opérateur public. "Les fausses offres sont de plus en plus trompeuses", poursuit la responsable, toujours dans les colonnes du Parisien.



"Elles sont parfois très bien mises en page et rédigées. Avant on les débusquait grâce aux fautes d'orthographe, il y en a moins aujourd'hui, ce qui rend la chasse plus difficile pour les repérer", explique encore Catherine Poux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.