Poitiers : un ambulancier arrêté pour excès de vitesse en pleine intervention

Poitiers : un ambulancier arrêté pour excès de vitesse en pleine intervention

Une enquête est en cours pour éclaircir les circonstances de ce contrôle routier (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 04 janvier 2017 à 16h43

Selon les informations de La Nouvelle République, un ambulancier de Poitiers (Vienne) a porté plainte contre un policier qui l'avait contrôlé, le 28 décembre en pleine intervention, pour excès de vitesse sur la rocade de la ville. Face au refus d'obtempérer du conducteur, l'agent avait également "pointé son arme" en sa direction.



"Nous avions pris en charge une femme en détresse respiratoire à Fontaine-le-Comte en direction du CHU, à la demande du médecin-régulateur du Samu", a raconté l'ambulancier au quotidien régional. "Il y avait une longue file de voitures au feu tricolore. J'ai actionné la sirène avec le gyrophare et je me suis faufilé jusqu'à passer le feu". Le policier, posté de l'autre côté de la route au croisement de la route de Poitiers et de Saint-Benoît, assurait à ce moment-là des contrôles de vitesse. Il a traversé les voies de circulation pour arrêter le secouriste.

UNE ENQUÊTE OUVERTE SUITE AU DÉPÔT DE PLAINTE

Le ton monte rapidement entre les deux hommes : "Je lui ai expliqué et répété que je faisais un transport pour une urgence vitale et que je ne pouvais pas m'arrêter", a déclaré l'ambulancier. "Il a demandé mes papiers. Il a pris mon permis en photo en m'indiquant que je recevrais un procès-verbal par courrier". Son équipier présent à l'arrière du véhicule confirme cette version. Il explique même "avoir vu le policier pointer son arme en direction de son collègue à travers le pare-brise". "Quand j'ai vu que le policier arrêtait le véhicule, j'ai appelé le médecin-régulateur du Samu pour l'informer de la situation. L'appel est enregistré. Il m'a dit qu'il l'indiquait dans le dossier", a-t-il également précisé.

Selon le commissariat, l'ambulancier a été contrôlé pour "excès de vitesse" et pour "conduite dangereuse". L'ambulance a été flashée à 97 km/h sur un tronçon limité à 70 km/h, selon le droit de réponse envoyée à France 3 par la direction départementale de la sécurité publique de la Vienne. "Le fonctionnaire constatait également une conduite excessive du véhicule, ce dernier zigzagant entre les automobiles pour se frayer un chemin dans une circulation dense, utilisant ses moyens lumineux , puis sonores et en franchissant le carrefour dont les feux étaient au rouge fixe", ajoute-t-elle. "Quant à la sortie d'arme du fonctionnaire se sentant menacé dans son intégrité face à une situation qu'il a qualifié de refus d'obtempérer de la part du conducteur, il lui appartenait d'apprécier cette menace".


Le parquet de Poitiers a diligenté une enquête visant à "vérifier les conditions de l'urgence absolue du transport du malade et de l'emploi du gyrophare et du deux tons. Il y a une réglementation très spécifique dans le cadre des ambulances". Une ambulance est considérée comme un véhicule d'intérêt général prioritaire (VIGP), uniquement quand elle est missionnée par le Samu et que la vie de la victime est en jeu.
 
337 commentaires - Poitiers : un ambulancier arrêté pour excès de vitesse en pleine intervention
  • Une ambulance, même mandatée par le SAMU doit être escortée pour devenir prioritaire.... Celles qui ne le sont pas n'ont qu'un droit de facilité de passage faite par les autres usagers...
    Ensuite, force reste à la loi, si des infractions sont commises, le minimum était de contrôler le véhicule. La sortie d'arme n'avait rien de zélée si l'ambulancier paraissait dangereux avec son véhicule.
    Les réactions sont de dire " et si... et si...". Dans ce cas je réponds : et s'il s'agissait d'un terroriste ou moindre, d'une star voulant se déplacer plus vite dans la circulation comme cela se faisait il y a quelques années...

  • on ne tire pas sur l' ambulance m enfin !

  • Code de la route:
    Un: les ambulances privées, MANDATEES PAR LE SAMU, ont le droit d'enfreindre le code de la route. C'est pas fini, deux: à la condition également que le comportement et la conduite de l'ambulancier ne mette pas en danger la sécurité des autres usagers. Trois: girophare et sirène doivent être en fonctionnement.
    Si ces trois conditions sont remplies et peuvent être prouvées, l'ambulancier n'a rien à craindre, MAIS......
    Selon l'article et les dires de l'ambulancier, il n'a mis en route sa sirène et actionné le girophare qu'en doublant la file de véhicules arrêtés au feu rouge, DONC il a été contrôlé pour excès de vitesse ( 97 km/h) bien avant d'arriver à ce feu. Il manque au moins une condition, dès lors, la sanction apparaît justifiée, même si elle en révolte beaucoup. C'est l'article du code qu'il faut changer.

    pourquoi la sirene si il ni a personne a prevenir il a fait comme la police fait

    Bonjour - "Un: les ambulances privées, MANDATEES PAR LE SAMU, ont le droit d'enfreindre le code de la route" Tout faux et d'autant plus quand le pays est en état d'urgence ce que l'ambulancier conducteur a oublié! Aucun droit mais une possibilité, il est possible mais pas une obligation ! Mais de vitesse limitée à 70 km/h être pris à 97km/h vitesse retenue, il faut avoir un sacré culot ! Et de tout cela qu'est devenue l'urgence vitale, y avait il réellement urgence vitale ?

    Rebonjour - "Urgence vitale" donne -t-elle aux intervenants qui que se soit d'aggraver la situation au risque de porter atteinte à l'intégrité physique de quiconque? et d'autant plus dans un pays où l'état d'urgence règne ! Désolé pour certains que je vais traumatiser mais comme dans tout pays, l'état d'urgence a priorité sur l'urgence vitale !

  • ancien soignant lors d'interventions il était précisé par note écrite de respecter les limitations de vitesse ,en cas d'urgence absolue cela doit être le samu qui se doit de recevoir le patient et de le stabiliser car les ambulances privées ne sont pas prévues pour ces urgences ,et de manière générale si c'est une urgence absolue ce sont les motards qui ouvrent la voie ,les ambulances ne sont pas prioritaires certes le policier a peut être été un peu zélé mais souvent ces ambulances privées qui se disent mandatées par l'hôpital sont utilisées pour le transport de personnes dont l'urgence n'est pas établie ,et fort de cela ils s'autorisent à rouler à une vitesse excessive sans raison majeure

  • ils sont ou ceux qui voudraient que les policiers tirent au moindre mouvement ?

    on ne tire pas sur les ambulances, par contre, les voleurs, violeurs, criminels......

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]