Plusieurs célébrités impliquées dans une vaste fraude au permis de conduire

Plusieurs célébrités impliquées dans une vaste fraude au permis de conduire
Un permis de conduire (illustration)

Orange avec AFP, publié le vendredi 13 mai 2016 à 15h25

Une vaste escroquerie au permis de conduire, qui a permis à des centaines de personnes fortunées, dont plusieurs personnalités, d'obtenir le document sans passer l'examen, a été démantelée dans les Hauts-de-Seine. Un dirigeant d'auto-écoles de Neuilly, Patrick Antonelli, 39 ans, par ailleurs mari de la chanteuse Amel Bent, ainsi que trois fonctionnaires de la préfecture de ce département de la banlieue ouest de Paris ont été mis en examen vendredi matin pour corruption, a indiqué à l'AFP le parquet, confirmant une information du Parisien.

L'accusation a demandé leur placement en détention provisoire.

JOUEURS DU PSG ET AUTRES PERSONNALITÉS PUBLIQUES

Des hommes d'affaires et des footballeurs, certains anciens internationaux font notamment partie des 258 personnes qui ont obtenu frauduleusement le papier rose, a expliqué une source proche de l'enquête. Le Parisien avance de son côté les noms du milieu de terrain de Manchester City Samir Nasri, l'ancien du PSG Jérémy Menez, et l'actuel défenseur du club parisien Layvin Zurzawa. L'animateur de Canal+ Ali Baddou figure également dans la liste des personnes ayant bénéficié de ces permis "arrangés". "Le gérant des auto-écoles s'était entendu avec des fonctionnaires de la préfecture. Beaucoup de personnes ont de l'argent pour payer, mais pas toujours le temps de passer le permis. Ils pouvaient débourser jusqu'à 10.000 euros, parfois davantage", selon cette source. Selon les informations du quotidien parisien, le patron de l'auto-école aurait joué le rôle de "rabatteur" tandis que les agents de la préfecture fournissaient les précieux sésames, réalisés dans les locaux mêmes de la préfecture des Hauts-de-Seine.

Les bénéficiaires obtenaient le permis sans passer l'examen, la somme déboursée étant ensuite équitablement répartie entre le dirigeant des auto-écoles et les fonctionnaires qui délivraient le permis, dont l'un ne travaille plus à la préfecture depuis. Les quatre suspects étaient jusqu'alors inconnus de la justice. Le parquet n'a pas encore déterminé s'il entendait poursuivre les titulaires des permis frauduleux.

L'escroquerie avait été mise en place dès 2013. En mai 2015, le préfet des Hauts-de-Seine avait signalé une suspicion de fraude au permis de conduire au parquet de Nanterre. Une enquête préliminaire avait alors été ouverte, confiée à la police judiciaire des Hauts-de-Seine et au groupement d'intervention régionale, jusqu'à l'ouverture vendredi d'une information judiciaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.