Plainte pour viol contre Luc Besson : les analyses toxicologiques de la plaignante négatives

Plainte pour viol contre Luc Besson : les analyses toxicologiques de la plaignante négatives
Luc Besson et Sand Van Roy à l'avant-première de Taxi 5, aux Pennes-Mirabeau, le 6 avril 2018.

Orange avec AFP, publié le lundi 28 mai 2018 à 14h30

Les analyses sanguines de l'accusatrice de Luc Besson, qui avait déclaré avoir eu des "absences" lors de cette soirée, se sont révélées négatives.

Selon Le Parisien, les analyses toxicologiques de la plaignante, Sandrine Van Roy, une jeune actrice de 28 ans qui avait porté plainte contre Luc Besson pour viol, se sont révélées négatives. La jeune femme a accusé le réalisateur français de 59 ans d'avoir abusé d'elle, le 17 mai dernier, au Bristol, un palace parisien situé rue du Faubourg Saint-Honoré, où Luc Besson aurait ses habitudes.

L'actrice de 28 ans, qui dit avoir été droguée ce soir là, avait déclaré aux policiers s'être sentie "faible" après avoir bu un thé évoquant des "absences".

La police judiciaire de Paris avait effectué des prélèvements sanguins et capillaires. L'accusatrice décrit des "relations sous contraintes" avec le réalisateur du Grand Bleu. Selon le Point, l'actrice a affirmé entretenir une relation intime avec Luc Besson depuis environ deux ans et s'être sentie obligée à des rapports sexuels au regard de leurs liens professionnels. La jeune femme se serait souvenue, à son réveil, "d'attouchements et de pénétrations".

"C'est quelqu'un qu'il connaît, avec qui il n'a jamais eu de comportement déplacé"
La plainte a été déposée le 19 mai dernier au 1er District de police judiciaire à Paris (DPJ), par la jeune femme. Une enquête en flagrance a été ouverte par le parquet de Paris.



"Luc Besson dément catégoriquement ces accusations fantaisistes", avait réagi son avocat, Thierry Marembert, qui a ajouté "C'est quelqu'un qu'il connaît, avec qui il n'a jamais eu de comportement déplacé". À ce stade, Luc Besson n'a toujours pas été entendu par les enquêteurs, rappelle Le Parisien.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU