Pitié-Salpêtrière : une nouvelle vidéo met à mal la version des autorités

Pitié-Salpêtrière : une nouvelle vidéo met à mal la version des autorités
L'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris (illustration)

, publié le jeudi 02 mai 2019 à 16h40

La confusion règne toujours au lendemain de l'intrusion d'individus dans l'enceinte de l'hôpital parisien. Le Premier ministre Edouard Philippe s'est élevé contre un acte "totalement irresponsable", tandis que des membres de l'opposition accusent le gouvernement d'instrumentaliser l'incident.

Pour quelles raisons des individus ont-ils pénétré dans l'enceinte de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière? L'incertitude demeure après l'intrusion survenue en marge des manifestations du 1er mai.

Plusieurs personnes ont tenté de pénétrer via une passerelle au sein du service de réanimation chirurgicale. Une cinquantaine d'entre elles étaient montées sur cette passerelle, selon des témoins.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait dénoncé une "attaque"de l'hôpital, avant que Jean-Luc Mélenchon l'accuse de "mensonge". Une nouvelle vidéo, filmée depuis l'intérieur du service, a depuis été publiée jeudi 2 mai dans l'après-midi. 


La vidéo montre des manifestants fuir soudainement vers des soignants, installés sur la passerelle, alors que des policiers entrent sur le site. Le personnel de l'hôpital se replie en quelques secondes dans le bâtiment et s'emploient à plusieurs pour bloquer la porte d'accès à leur service. Les premiers manifestants, sur une vingtaine au total, arrivent déjà sur la passerelle et tirent sur la poignée pour entrer. Parmi eux, quelques "gilets jaunes", certains âgés, mais aucun personne encagoulée, ni masquée. Au bout d'une minute, des policiers arrivent sur la passerelle et commencent à les évacuer dans le calme.

Des "dégradations" et un vol ont été commis dans l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, mais "à ce stade aucun lien ne peut être fait" avec l'intrusion de manifestants lors du défilé du 1er mai, a commenté la direction de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.