Pilule du lendemain: ces pharmaciens qui refusent de la délivrer

Pilule du lendemain: ces pharmaciens qui refusent de la délivrer
Alors que la pratique est illégale, certains pharmaciens refusent de délivrer la pilule du lendemain.

, publié le samedi 30 juillet 2016 à 11h26

-Dans certaines pharmacies, les femmes se voient refuser la pilule du lendemain. Et ce, même si la pratique est illégale.

Exemple édifiant avec cette vidéo publiée sur le site de L'Express.-

Alors que l'incendie autour d'une clause de conscience pour les pharmaciens est à peine éteint, une cliente a filmé pour L'Express ses échanges avec l'employée d'une pharmacie. Elle demande à la professionnelle "un contraceptif d'urgence", l'employée lui répond : "on n'en a pas".

"Ce n'est pas obligatoire ?", rétorque alors la jeune femme. "Si, mais le pharmacien est un peu contre, du coup, on n'en a pas".
-"Mais ce n'est pas obligatoire légalement ? "Gêne de la pharmacienne, elle ne répond pas avant de lui conseiller une autre pharmacie qui, elle, accepte de délivrer la pilule du lendemain.



Cette vidéo survient alors que certains pharmaciens ont dénoncé voilà quelques jours, via une pétition, un projet de refonte du Code de déontologie.



Dans cette nouvelle mouture, un article posait problème:

"Sans préjudice du droit des patients à l'accès ou à la continuité des soins, le pharmacien peut refuser d'effectuer un acte pharmaceutique susceptible d'attenter à la vie humaine. Il doit alors informer le patient et tout mettre en œuvre pour s'assurer que celui-ci sera pris en charge sans délai par un autre pharmacien. Si tel n'est pas le cas, le pharmacien est tenu d'accomplir l'acte pharmaceutique".

Les signataires de la pétition ont vu dans cette clause la possibilité pour les opposants à l'IVG ou à la contraception de refuser de délivrer la pilule ou la pilule du lendemain.

Interrogée par le site féministe Les Nouvelles News, la présidente de l'Ordre des pharmaciens a dénoncé une "désinformation totale": "La problématique de la clause de conscience n'était pas du tout située autour de la contraception mais bien de la fin de vie! C'est une question que les pharmaciens du monde entier se posent. Cet emballement est un comble".



Mais pour les opposants à la clause, celle-ci était inutile puisque les pharmaciens ont déjà la possibilité de refuser de donner un traitement qui mettrait la vie du patient en danger. Face à la levée de bouclier, l'article a fini par être retiré du texte, a-t-on appris dans un communiqué du conseil des pharmaciens diffusé le 21 juillet. Toutefois, la vidéo de L'Express met le doigt sur un autre problème, celui de ses pharmaciens, qui, malgré la loi, refusent de délivrer la pilule.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.