Petites phrases d'Emmanuel Macron : "Moi, j'essaie de faire toujours très attention à la façon dont je m'exprime", souligne Édouard Philippe

Petites phrases d'Emmanuel Macron : "Moi, j'essaie de faire toujours très attention à la façon dont je m'exprime", souligne Édouard Philippe
Le Premier ministre quitte le palais de l'Élysée le 13 février 2019.

Orange avec AFP-Services, publié le jeudi 14 février 2019 à 12h01

Interpellé mercredi sur les propos d'Emmanuel Macron qui nourrissent la polémique, Édouard Philippe s'est démarquer du chef de l'État. "Vous avez remarqué que moi, j'essaie de faire toujours très attention à la façon dont je m'exprime", a réagi le Premier ministre sur le plateau de LCI.

Le Premier ministre Édouard Philippe a marqué sa différence avec Emmanuel Macron, mercredi 13 février, sur le plateau de "La Grande explication" sur LCI et RTL. Concernant son usage de la parole, Édouard Philippe a déclaré faire pour sa part "toujours très attention à la façon" dont il s'exprime. Il réagissait au témoignage d'une ancienne chômeuse de longue durée, qui s'est déclarée "choquée" par les propos d'Emmanuel Macron, lorsque celui-ci avait enjoint un chômeur, en septembre à l'Élysée, à "traverser la rue" pour "trouver du travail".

"Je comprends très bien que cette expression vous ait choquée", a répondu Édouard Philippe. "Vous avez remarqué que moi, j'essaie de faire toujours très attention à la façon dont je m'exprime, parce que je sais qu'une phrase qui n'est pas forcément scandaleuse prononcée à un endroit (...) peut donner ensuite quelque chose qui est évidemment choquant, parce qu'on va dire : Mais il a dit ça de tout le monde pour tous les problèmes".

"Parfois, on fait des caricatures"

Le Premier ministre a déclaré "comprendre très bien que ce soit difficile de retrouver un emploi". Il a néanmoins expliqué les propos d'Emmanuel Macron : "Peut-être dans le cas du jeune homme qui se trouvait en face du président de la République à cet endroit-là, on avait quelqu'un qui était formé, jeune, et le président a voulu dire : En ce moment il y a des créations d'emplois, on doit pouvoir trouver un emploi".

Interpellé par des maires le 15 janvier, Emmanuel Macron était lui-même revenu sur la petite phrase, souvent citée par ses opposants et les "gilets jaunes" comme exemple d'arrogance et de déconnexion. "Parfois, on fait des caricatures, en pensant que ce qu'on dit un moment à quelqu'un, de bonne foi, ce serait un message vers tous les Français", avait-il regretté. Face à une poignée de journalistes jeudi 31 janvier, Emmanuel Macron s'est engagé à "faire beaucoup plus attention" à ces petites phrases. "Cela suppose une conversion personnelle", a reconnu le chef de l'État. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.