France

Pesticide dans l’eau potable : y’a-t-il un risque sanitaire ? La réponse claire du gouvernement

À la suite de la publication d’un rapport qui fait état de la présence de résidus de chlorothalonil dans les eaux, le gouvernement a assuré qu’il n’y avait “pas de risque sanitaire”, rapportent plusieurs médias.

Il n’y aurait pas de quoi être inquiet. Les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture ont assuré, vendredi 7 avril à la presse, que, bien que “non conformes” à la réglementation, les niveaux de résidus d’un fongicide mesurés dans l’eau potable ne présentent “pas de risque sanitaire”.

Jeudi, un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a fait état de la présence de chlorothalonil, un pesticide, dans l’environnement, même longtemps après son utilisation. Interdit en France depuis 2020 et depuis 2019 en Europe, il reste malgré tout souvent détectable dans de l’eau potable. Les conclusions du rapport de l’Anses, rendu public la veille de sa parution par le journal Le Monde, expliquent qu’un tiers de l’eau distribuée en France serait non conforme à la réglementation.

Le ministère de la Santé reste vigilant

Le taux de présence des résidus du chlorothalonil serait de 0,4, soit “quatre fois la valeur de 0,1 qui est la valeur de conformité de l’eau”, a confié jeudi Didier Malé, président de l’Association Regroupement des organismes de sauvegarde de l’Oise à France Info.

“Dans ce contexte, le ministère de la Santé reste particulièrement vigilant sur la qualité des eaux destinées à la consommation humaine et va mettre en place, sous la conduite des ARS (Agences régionales de santé), des mesures plus régulières, à partir de 2023, du chlorothalonil et de ses métabolites”, est venu préciser un communiqué du ministère de la Transition écologique, transmis à la presse, dont CNEWS.

publié le 7 avril à 16h10, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux