Pédophilie dans l'Église : l'Abbé de la Morandais évoque des "gamins en frustration de tendresse"

Pédophilie dans l'Église : l'Abbé de la Morandais évoque des "gamins en frustration de tendresse"
Alain de la Morandais à Chanceau-près-Loches, le 28 août 2011.

, publié le mardi 19 mars 2019 à 12h13

Le médiatique homme d'église a sous-entendu que les enfants victimes de prêtres pédophiles étaient en fait à la recherche de tendresse de la part d'un adulte.

Alors que les scandales de pédophilie dans l'Église se multiplient et que la position de la hiérarchie ecclésiastique sur le sujet continue de susciter des interrogations, des propos tenus par l'abbé de la Morandais ont provoqué l'émoi. Le médiatique homme d'église a estimé lundi 18 mars que les enfants victimes de pédophilie étaient "en frustration de tendresse", a relevé l'émission Quotidien.



"On a toujours l'impression qu'un viol, c'est de la violence.

Au départ, je ne crois pas, a déclaré l'abbé sur le plateau de LCI. D'après les échos que j'ai eu, les confidences, un enfant cherche spontanément de la tendresse d'un homme ou d'une femme, et souvent ce sont des gamins qui sont en frustration de tendresse. Donc il vont chercher de la tendresse."

Alors qu'une journaliste rappelait que "la responsabilité, elle est chez l'adulte", l'abbé de la Morandais a acquiescé. "Mais le gamin il va chercher... Vous avez tous observé qu'un gamin il vient, il vous embrasse sur la bouche", a-t-il continué. Face aux dénégations des journalistes, le religieux a insisté : "Ah si ! Moi j'ai vu ça plusieurs fois".

Le pape François a reçu lundi au Vatican le cardinal Philippe Barbarin, plus haut dignitaire catholique français, venu lui présenter sa démission après sa condamnation à six mois de prison avec sursis pour non dénonciation des abus sexuels d'un prêtre. Ni le Vatican, ni le diocèse de Lyon n'ont souhaité lundi commenter la teneur des discussions.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.