Péages gratuits : Vinci renonce à faire payer les automobilistes

Péages gratuits : Vinci renonce à faire payer les automobilistes
Le logo de Vinci Autoroutes, le 18 décembre à Bandol

, publié le mardi 18 décembre 2018 à 18h30

Le concessionnaire autoroutier, qui voulait récupérer l'argent auprès de conducteurs passés sans payer à ses péages durant la mobilisation des "gilets jaunes", a décidé de ne pas envoyer les factures.

Critiqué de toutes parts, Vinci fait machine arrière. Après avoir annoncé son intention d'envoyer des factures aux aux automobilistes passés sans payer à des péages ouverts par des "gilets jaunes", la société renonce finalement à réclamer l'argent.

"Cette procédure sans doute insuffisamment expliquée, donc mal comprise, a suscité depuis hier un grand nombre de réactions négatives", a déclaré le groupe dans un communiqué publié mardi 18 décembre. "Vinci Autoroutes a décidé de renoncer à son application."



La veille, la société autoroutière avait demandé à tous ceux qui avaient traversé ses péages gratuitement, à l'occasion d'opérations "barrières levées" menées par les "gilets jaunes" dans plusieurs régions de France, de se faire connaître et de s'acquitter du prix du ticket. Cette annonce avait suscité une levée de boucliers dans la classe politique et même au sein de l'exécutif. Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a estimé que ce choix était "très incongru" tandis que la ministre des Teansports, Elisabeth Borne, a jugé cette demande "infondée au plan juridique".



Face au Sénat, la ministre des Transports a affirmé avoir demandé aux concessionnaires "de ne pas mettre en oeuvre de tels recouvrements". Chez les deux autres grands exploitants d'autoroutes en France, la Sanef a fait savoir à l'AFP qu'elle ne mènerait pas de telles régularisations. Selon le journal Le Progrès, l'APRR, filiale d'Eiffage, a envoyé des factures, majorées d'une amende. Contacté par l'AFP, la société n'a pas donné de réponse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.