Paxlovid : ce que l'on sait sur le traitement contre le Covid-19 de Pfizer

Paxlovid : ce que l'on sait sur le traitement contre le Covid-19 de Pfizer
Site de production de Paxlovid à Fribourg en Allemagne, le 16 novembre 2021.

publié le lundi 17 janvier 2022 à 19h38

"Le Paxlovid arrivera fin janvier dans les pharmacies françaises". C'est ce qu'a annoncé lundi 17 janvier dans les colonnes du Figaro le PDG du laboratoire pharmaceutique Albert Bourla.

Le point sur ce traitement très attendu. 

• Un traitement antiviral 
Le Paxlovid de Pfizer est un traitement antiviral contre le Covid-19. Les antiviraux agissent en diminuant la capacité d'un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie. Ces traitements sont très attendus car faciles à administrer, en pouvant être pris simplement chez soi avec un verre d'eau.

• Quelle posologie ? 
Le Paxlovid pourra être administré aux patients à haut risque âgés de 12 ans et plus. Il s'agit d'une combinaison de deux pilules prise deux fois par jour pendant cinq jours, dès le diagnostic et dans les cinq jours après l'apparition des symptômes, selon la FDA, l'agence américaine du médicament. 




• Quelle efficacité ? 
Pfizer a confirmé mardi 14 décembre que sa pilule anti-Covid réduisait de près de 90 % les hospitalisations et décès chez les personnes à risque lorsque prise dans les premiers jours après l'apparition des symptômes, selon les essais cliniques. Ces résultats s'appuient sur la totalité des participants aux essais, soit plus de 2.200 personnes, et confirment ce qui avait été annoncé début novembre à partir de résultats préliminaires. Ces résultats indiquent que Paxlovid réduit "le risque d'hospitalisation et de décès lorsque le traitement était administré dans les 5 jours suivant le début des symptômes", et le traitement devrait s'étendre sur cinq jours.  

• Quel efficacité contre Omicron ?
Pfizer a également annoncé que son traitement antiviral devrait rester efficace contre le variant Omicron.

• Les contre-indications 
Le traitement n'est pas recommandé pendant la grossesse et chez les personnes susceptibles de tomber enceintes. L'allaitement devrait aussi être interrompu lors de la prise du traitement. 

• Les effets indésirables 
Les effets secondaires les plus courants étaient une perturbation du goût, une diarrhée et des nausées.

• Bientôt disponible en France ?
C'est ce qu'a annoncé le patron de Pfeizer lundi 17 janvier. Auditionné au Sénat lundi 10 janvier, le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué l'arrivée courant janvier de deux médicaments contre le Covid-19 en France : le Paxlovid et le traitement développé par GSK, le sotrovimab, administré, lui, à l'hôpital, précise Franceinfo.

Le traitement a déjà été approuvé en décembre par l'EMA, l'agence du médicament européen, en cas d'urgence dans l'Union européenne. Objectif : soutenir les autorités nationales, qui peuvent décider d'une éventuelle utilisation précoce du médicament. Le régulateur européen n'a pas encore formulé une validation définitive mais celle-ci devrait être rendue très prochainement. La HAS, la Haute autorité de santé, devra également donner son feu vert.

• Autorisé aux Etats-Unis et au Canada 
Les Etats-Unis ont autorisé en urgence le PAxlovid contre le Covid-19 de Pfizer dès le 22 décembre. Le Canada l'a autorisé lundi 17 janvier. 

• Produit en France 
Novasep et son usine béarnaise de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques) produira le principe actif de la pilule anti-Covid de Pfizer, le Paxlovid, à compter du 3e trimestre 2022, a annoncé lundi 17 janvier le PDG du façonnier français. "Novasep va produire la matière active du Paxlovid sur notre site de Mourenx et les premières quantités commerciales seront fournies à partir du 3e trimestre 2022", a indiqué à l'AFP Michel Spagnol. "Dans un premier temps, c'est le seul site de Novasep qui va se focaliser sur la fabrication du principe actif, mais on verra en fonction des volumes si on a besoin de l'étendre à d'autres sites", a ajouté le PDG. 

Le géant pharmaceutique Pfizer a annoncé lundi qu'il prévoyait d'investir plus de 520 millions d'euros en France au cours des cinq prochaines années pour "soutenir la production et la recherche en France"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.