"Pas question de refaire la police de proximité", prévient le syndicat Alliance

"Pas question de refaire la police de proximité", prévient le syndicat Alliance

La nouvelle version de la "police de proximité" sera expérimentée dans une quinzaine de villes l'an prochain (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 29 octobre 2017 à 10h17

"J'ai reçu une lettre le 27 octobre pour me donner les grandes lignes du projet", raconte Jean-Claude Delage, le représentant du syndicat Alliance, sur Europe 1. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, vient de lancer une "grande concertation" auprès des professionnels et des élus locaux sur le retour de la "police proximité.





La consultation s'achèvera le 20 décembre et la conclusion sera livrée "dans les cinq jours" afin que les premières expérimentations se déroulent "dès janvier 2018", a précisé Gérard Collomb.

"Est-ce que cette police verbalisera plus ou est-ce qu'elle sera plus préventive ? Si je lis ce courrier, je crois que c'est les deux", explique le représentant du premier syndicat de policiers de France.

"C'EST UN PEU FLOU"

"Comme si on imaginait qu'aujourd'hui la police n'est pas proche de la population... Elle n'est pas proche des voyous mais elle est proche de la population", souligne Jean-Claude Delage. "Réprimer les petites atteintes", signifie selon le syndicaliste que l'on va "demander aux policiers de verbaliser le harcèlement". Mais "avec quels moyens ?", s'interroge-t-il alors que

"L'essentiel pour les policiers sur le terrain, c'est qu'ils retrouvent leur corps de métier. Or, aujourd'hui, dans les grandes lignes, c'est un peu flou", dénonce encore le policier.

"Nous attendons leur feuille de route, en fonction des orientations nous répondrons favorablement ou pas, avec à l'esprit ce qu'attend notre base sur le terrain", promet Jean-Claude Delage, qui conclut : "Il n'est ni question pour nous de refaire la police de proximité, ni d'aller faire quelque chose que nous faisons déjà".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
35 commentaires - "Pas question de refaire la police de proximité", prévient le syndicat Alliance
  • avatar
    nipatrienipatron  (privé) -

    La démission est toujours possible pour les électrons libres, il y aura toujours des places de surveillants de parkings!!

  • pour info à papy jeannot
    monsieur Bechiza était porte parole du Ministère de l'Intérieur sous Sarkozy , et après défaite Sarko, il s'est présenté a été élu Maire d'Aulnay sous bois , et pas pour autant trouvé la solution de la violence chez lui , les braquages ont continué , les rodéos, le deal trottoir , ainsi que la ville voisine de Pavillon sous bois,etc..malgré "son expérience à l'Intérieur pendant 5 ans

  • La réalité c'est qu' il existe déjà des postes de polices satellites des commissariats dans beaucoup de villes. Le problème c'est qu'ils ne disposent pas d'effectifs suffisants , de véhicules, d'OPJ et de moyens investigation . On y minimise les incidents pour dissuader les victimes de déposer plainte et quand cela n'est pas possible on les dirige sur le commissariat central où , si tout va bien, ils pourront déposer leur plainte après des heures d'attente, auprès d'un fonctionnaire submergé qui en reçoit 20 à 30 par jours et qui n'a pas les moyens d'y donner suite. C'est ainsi que cela fonctionne et ce n'est pas de cataplasme médiatique qui va y change quoi que ce soit.

  • Bien chez moi il n'y a plus qu'une gendarmerie sur trois, il faut attendre 3 heures avant de voir les gendarmes arriver. Cela parceque les secteurs de couverture ont triplés et les effectifs pas. Les méthodes d'investigations ont changés. Dans les villes c'est une problème de concentration des gens, on gonfle les villes et on fait mourir les campagnes mais on contrôle les gens mieux que si ils étaient dispersés c'est logique mais les gens ni voit pas plus loin que le bout de leur nez

  • Chez nous, on a une gendarmerie de proximité de jour, plusieurs plutôt, on peut avoir jusqu'à 3 points de contrôle routiers en même temps sur notre commune de 3000 habitants, mais la nuit, des jeunes peuvent mettre le souk, ils dorment.
    Je suppose qu'ils ne définissent pas leurs missions, qu'ils ont des directives, les contraventions, ça rapporte plus.