Pas-de-Calais : déclarée morte par erreur et sans ressources, elle demande un "certificat de vie"

Pas-de-Calais : déclarée morte par erreur et sans ressources, elle demande un "certificat de vie"
Une personne se recueille dans un cimetière à Lyon, en octobre 2015 (illustration)

, publié le vendredi 02 septembre 2016 à 13h52

En juin dernier, une habitante du village du Portel (Pas-de-Calais) a été victime d'une erreur administrative dont elle se serait bien passée. Ginette Robert, fille de Simone Robert, a perdu sa mère, décédée le 4 juin à l'âge de 99 ans.

Peu après l'inhumation, elle est contactée pour les pompes funèbres, qui lui indiquent qu'une erreur d'identification avait été commise sur l'acte de décès.

Si la faute a été vite constatée et corrigée par la municipalité, ce n'est pas le cas pour l'administration, qui a depuis pris acte du "faux" décès. S'ensuit alors le début des mésaventures pour Ginette Robert. "Le 14 juin, je suis allée chez mon pharmacien et il m'a informée que ma carte avait été effacée. J'ai tout de suite dit : ça y est, c'est parce qu'ils m'ont déclarée morte" raconte t-elle à la Voix du Nord.

EFFACÉE PUIS RESSUSCITÉE

Les vérifications confirment les craintes de la "victime" : cette dernière est radiée de la Sécurité sociale, de la Caisse d'allocations familiales, et de sa caisse de retraite. Son compte bancaire est quant à lui fermé. Se retrouvant sans ressources du jour au lendemain, Ginette Robert doit alors demander à la mairie du Portel de lui avancer de l'argent, et solliciter sa commune de naissance, Champigny, pour obtenir un peu commun "certificat de vie".

C'est grâce à ce précieux sésame qu'elle peut alors ressusciter aux yeux de l'administration. Près de trois mois après sa mésaventure, la situation est presque entièrement réglée vis à vis des différents organismes. "Ils m'ont tous remboursée. Mais la mairie, elle, veut je restitue les 800€ qui m'ont été avancés. Je demande un geste au titre du préjudice moral, car cette histoire m'a perturbée, alors que j'étais déjà secouée par le décès de ma mère", rapporte t-elle dans les colonnes du journal régional.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.