Pas-de-Calais : Carterpillar délocalise une usine rentable, 70 emplois menacés

Pas-de-Calais : Carterpillar délocalise une usine rentable, 70 emplois menacés
Une usine Caterpillar à Grenoble, le 1er avril 2009 (archive)

Orange avec AFP, publié le lundi 25 septembre 2017 à 11h00

Un site Caterpillar près d'Arras s'apprête à fermer ses portes pour délocaliser la production vers l'Irlande du Nord et le Brésil. Pourtant, l'usine est rentable et l'entreprise américaine a même reçu des aides de l'État.

Dans le Pas-de-Calais, l'usine Caterpillar de Monchy-le-Preux fait partie du paysages depuis 1998.

Au milieu du mois de septembre, l'annonce est tombée comme un couperet pour les 70 salariés du site : la maison mère ne veut plus de cette usine. Elle a décidé de la fermer d'ici le mois de mars 2018. Problème : l'usine rapporte de l'argent au groupe.



La direction de Caterpillar admet elle-même que les performances de l'usine sont bien là. Le site de Monchy-le-Preux a toujours dégagé un résultat net de l'ordre de 10%, selon le délégué de la CGT Jean-François Pierrot. La direction, pour sa part, voit plus large et évoque les difficultés du groupe au niveau mondial : "En quatre ans, on est passé de 66 à 38 milliards de dollars de chiffre d'affaires au niveau mondial. C'est dramatique", a expliqué Erik De Leye, en charge de la communication, interrogé par le quotidien La Voix du Nord.

Fin 2013, Caterpillar avait pourtant inauguré un nouveau bâtiment de 3.000 m2. Plus de 5 millions d'euros avaient été investis, dont 10% d'aides publiques. "On est désemparés face à une multinationale qui ne respecte que la finance", s'est désolé un syndicaliste au micro de BFMTV. "Mais on va se battre pour avoir une cellule de reclassement correcte et retrouver au plus vite un emploi."



Le propriétaire américain veut aussi fermer une usine aux États-Unis, où travaillent 85 personnes. Caterpillar assure que les salariés licenciés en France "bénéficieront de services de réinsertion professionnelle de la part d'agences actives dans ce domaine". Avec ces délocalisations, la firme espère diminuer ses coûts de production pour relancer son activité.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU