Paris : une professeure agrégée du lycée Janson-de-Sailly suspendue pour ses propos antisémites

Paris : une professeure agrégée du lycée Janson-de-Sailly suspendue pour ses propos antisémites
Le lycée Janson-de-Sailly dans le 16e arrondissement à Paris le 17 septembre 2002.

publié le samedi 27 août 2016 à 11h20

Le recteur de l'académie de Paris a prononcé une mesure de suspension à l'encontre de l'enseignante. Une enquête administrative a également été ouverte.



"La Shoah a été prévue et organisée par des Juifs." Ces propos, et bien d'autres, ont été tenus sur le compte Facebook d'une professeure de langues agrégée, enseignant en classes préparatoires dans le lycée Janson-de-Sailly, à Paris. L'enseignante a été suspendue par l'Académie de Paris, comme l'annonce le proviseur de l'établissement dans un communiqué, publié jeudi 25 août : "Ces messages, qui ont fait l'objet d'échos médiatiques au cours de l'été, sont intolérables et doivent être dénoncés avec la plus grande intransigeance", dénonce le chef d'établissement, estimant que ces messages "à caractère antisémite, négationniste et à connotation complotiste" ont "porté atteinte à l'honneur et à la dignité" du lycée.



"LES JUIFS SONT UN SYMPTÔME"

"Monsieur le Recteur de l'Académie de Paris vient de prononcer une mesure de suspension à titre conservatoire à l'encontre de ce professeur" qui "ne fera pas la rentrée scolaire", indique le communiqué. L'affaire avait été révélée au cours de l'été par le Canard Enchaîné. L'Obs avait également sélectionné sur le compte Facebook de l'enseignante quelques commentaires racistes : "Les juifs ne sont pas le problème, ils sont un symptôme. Le travail doit aller bien au-delà de la neutralisation de leur influence indue." "Marre et archi marre des célébrations à n'en plus finir de la libération des camps de concentration."

Selon l'hebdomadaire, elle relayait également des publications d'Alain Soral, l'essayiste fondateur du mouvement Egalité et Réconciliation et des photos de quenelle, ce geste antisémite popularisé par Dieudonné. Dans le communiqué, le proviseur a par ailleurs expliqué qu'une enquête administrative avait été ouverte.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.