Paris : suicide d'un soldat de l'opération Sentinelle

Paris : suicide d'un soldat de l'opération Sentinelle©Panoramic

6Medias, publié le samedi 26 août 2017 à 15h43

Alors que ce samedi après-midi à Paris, des femmes de militaires manifestent pour dénoncer leurs conditions de travail et le manque de reconnaissance de l'État à leur égard, Le Parisien rapporte qu'un jeune soldat de l'opération Sentinelle s'est donné la mort vendredi soir.

Agé de 26 ans, celui-ci était en poste rue Saint-Dominique, dans le VIIe arrondissement de la capitale, dans les locaux de la Marine Nationale. C'est là qu'il s'est tiré une balle dans la tête avec son Famas de calibre 5.56 mm, relate le quotidien. Le drame s'est noué le 25 août, à 23h40. Le militaire se trouvait dans sa chambre, située au deuxième étage du bâtiment. Ses camarades sont intervenus, tentant de le ranimer sans succès. Le médecin du Samu a déclaré le décès une heure après les faits.



Sur réquisition du capitaine d'unité de cette 5e compagnie de combat du 1er régiment de tirailleurs, les policiers ont été autorisés à entrer dans la zone militaire, avant que la gendarmerie nationale soit chargée de l'enquête et que l'Identification criminelle prenne le relais pour effectuer les constatations d'usage, précise encore le journal.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
269 commentaires - Paris : suicide d'un soldat de l'opération Sentinelle
  • Les brimades dans l'armée sont légion, il y a ceux qui souffrent des petits chefs et finissent par craquer. La politique française ne peut pas être la source de toutes les fragilités de certains français. Un militaire qui met fin à ses jour, annonce à vérifier, a visiblement plus d'impact qu'un suicide dans le privé.

  • EM préfère s'occuper de son physique, avec 26 000€ de maquilleur, que de nos militaires...

  • On ne peut pas passer sous silence ce drame.
    On ne peut pas laisser passer cette affaire. Il y a des responsables.
    Des têtes doivent tomber : ministre des armées, ministre de l'intérieur, président de la république.
    Ce petit freluquet qui n'a jamais connu le service militaire, et qui ose donner des ordres, est responsable à 100%
    Mais où va -t-on ?

  • Quand on choisit un métier, on l'assume et on ne pleurniche pas sur le poids de l'équipement où la précarité de l'hébergement. A fortiori lorsque l'on choisi celui des armes.

  • Après avoir baissé le budget de l'armée de 800 M d'€ et viré le CEMA, Macron "prête" 430 M d'€ à l'Irak.