Paris : les policiers réclament la gratuité du stationnement

Paris : les policiers réclament la gratuité du stationnement

Paris le 21 avril 2017.

Orange avec AFP, publié le jeudi 18 janvier 2018 à 18h26

Depuis le 1er janvier, à Paris, des sociétés privées sont chargées de verbaliser ceux qui ne respectent pas les règles du stationnement payant. Les forces de l'ordre n'échappent pas à la règle.

Les policiers ne sont pas des automobilistes comme les autres et entendent bien le faire savoir. Plusieurs dizaines d'entre eux se sont rassemblés jeudi 18 janvier devant la mairie de Paris pour protester contre la verbalisation des véhicules de service et demander la gratuité du stationnement. 

Depuis le 1er janvier, des sociétés privées sont en effet chargées de verbaliser les contrevenants aux règles du stationnement payant, y compris les véhicules de police. "Nos collègues parisiens sont depuis le 1er janvier verbalisés au stationnement aux abords des locaux de police, y compris les véhicules de police. On vit une situation totalement insensée", s'est agacé jeudi matin sur BFM Paris Yvan Assioma, secrétaire régional Paris du syndicat Alliance. 

"Plus de rigueur" demandée aux policiers

Au mois de décembre, une note du préfet de police a été transmise à l'ensemble de ses services pour les informer des nouvelles règles en matière de stationnement, a expliqué le responsable syndical. Il a été notamment demandé aux policiers de "faire preuve de la plus grande rigueur" pour se stationner. En cas de verbalisation, ils doivent désormais apporter des éléments prouvant qu'ils étaient en intervention pour ne pas payer l'amende. 

Les "policiers parisiens, à cause des contraintes professionnelles et des horaires atypiques, n'ont pas d'autre choix que de prendre leur véhicule personnel pour se rendre sur leur lieu de travail et assurer leur mission principale, la sécurité des Parisiens", a déploré par la suite M. Assioma auprès de l'AFP.

Un accord trouvé pour les véhicules banalisés

Une délégation a été reçue à l'Hôtel de Ville par Colombe Brossel, adjointe à la sécurité de la maire de Paris Anne Hidalgo. Elle "a confirmé qu'un accord avait été trouvé avec la préfecture de police concernant les véhicules de service banalisés", a affirmé M. Assioma, sans plus de précisions. Les véhicules estampillés police "ne sont absolument pas concernés par les obligations de stationnement payant", selon lui.

Interrogée par l'AFP, Mme Brossel a annoncé, concernant les véhicules personnels, la mise en place d'ici fin janvier d'un groupe de travail pour "trouver des solutions très rapidement avec les syndicats de policiers et la préfecture de police qui est leur employeur".

"Nous avons les solutions techniques", a-t-elle ajouté, "parkings des bailleurs sociaux, conventions avec des parkings privés". La Ville pourrait également s'inspirer du dispositif de carte professionnelle mis en place pour les professions libérales ou artisans. "Nous mettons tout sur la table et nous allons trouver endroit par endroit les solutions", a-t-elle dit.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
39 commentaires - Paris : les policiers réclament la gratuité du stationnement
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]