Paris : les agents de la mairie disposent de 1.200 caméras pour traquer les mauvais conducteurs

Paris : les agents de la mairie disposent de 1.200 caméras pour traquer les mauvais conducteurs
Les bords de Seine à Paris le 4 septembre 2017.
A lire aussi

, publié le mercredi 03 octobre 2018 à 19h44

La mairie de Paris s'apprête à présenter son tout nouveau dispositif de vidéoverbalisation, en collaboration avec la préfecture de police.

La ville présentera jeudi 4 octobre son nouveau dispositif de vidéoverbalisation des infractions routières, en collaboration avec la préfecture de police. Selon le Parisien, une vingtaine d'agents assermentés de la mairie seront affectés à ce nouveau service.





La préfecture de police travaille déjà avec ce dispositif depuis 2013, note le quotidien francilien. La nouveauté ? Elle met à disposition des agents de surveillance de Paris (ASP) de la mairie son réseau de 1 200 caméras déjà mises en place, explique le Parisien. Policiers et ASP se partageront les infractions afin d'éviter qu'un automobiliste soit verbalisé deux fois pour la même infraction.

Des infractions partagés entre la police et la ville

Le dispositif permettra désormais de sanctionner, en plus des infractions déjà existantes, le refus de priorité aux piétons sur les passages protégés, le blocage d'un carrefour et les circulations en sens interdit. Les agents de Paris surveilleront les rues de la capitale sur un écran et rédigeront sur un autre les procès-verbaux, envoyés directement au domicile du conducteur pris en flagrant délit, explique le quotidien francilien.



Avec, par exemple, une amende de 135 euros pour le conducteur qui s'engagerait sur un carrefour sans pouvoir le franchir, la vidéoverbalisation représente pour la ville de Paris une nouvelle source financière. Lors de la phase de test, pas moins de 200 PV avaient été dressés chaque jour.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.