Paris : le père de l'enfant sauvé par Mamoudou Gassama condamné à trois mois de prison avec sursis

Paris : le père de l'enfant sauvé par Mamoudou Gassama condamné à trois mois de prison avec sursis
L'immeuble parisien où un enfant s'est retrouvé suspendu dans le vide

, publié le mardi 25 septembre 2018 à 17h00

En mai dernier, l'homme avait laissé son fils de 4 ans seul dans son appartement. L'enfant s'était retrouvé suspendu dans le vide, sur le balcon, et avait dû sa survie à l'intervention d'un sans-papiers malien, qui avait escaladé la façade de l'immeuble.

La justice a estimé que l'homme n'avait pas rempli ses obligations parentales.

Le père de l'enfant qui avait été secouru par Mamoudou Gassama, en mai à Paris, a été condamné à trois mois de prison avec sursis, mardi 25 septembre. L'homme de 37 ans a également l'obligation d'effectuer à ses frais un stage de responsabilité parentale.

Laisser seul son enfant, c'est l'abandonner "face à de multiples dangers", a estimé la présidente du tribunal correctionnel. Le 26 mai, après une journée passée ensemble à Disneyland, le père avait laissé son fils de 4 ans seul pour aller faire des courses. Le garçon lui avait dit qu'il préférait rester devant la télévision et le père avait cédé, a expliqué ce dernier face aux juges.



Durant l'absence du père, l'enfant a ouvert la fenêtre et a enjambé le balcon. À la barre, le père a avoué avoir fait un détour sur le chemin du retour "pour attraper un Pokémon" sur son téléphone portable. L'enfant, qui fêtait ses 5 ans ce mardi, a expliqué pour sa part qu'il avait imaginé que son père était reparti à Disneyland sans lui et qu'il voulait le rejoindre. "Papa mettait longtemps", avait-il déclaré aux policiers. La porte d'entrée de l'appartement étant fermée, il avait ouvert la fenêtre et s'était enfui par le balcon.

C'est alors qu'est intervenu un passant, qui a escaladé l'immeuble pour sauver l'enfant, suspendu dans le vide. Mamoudou Gassama, sans-papiers malien, a depuis obtenu un titre de séjour et été reçu par Emmanuel Macron à l'Élysée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.