Paris : le fils du célèbre architecte, grimpé sur les toits, s'amusait à tirer

Paris : le fils du célèbre architecte, grimpé sur les toits, s'amusait à tirer
C'est sur ces toits que Giorgio Piano, grimpé et armé, tirait avec une carabine à billes, créant la panique dans le quartier

leparisien.fr, publié le mardi 12 juin 2018 à 20h05

Giorgio Piano a été interpellé et placé en garde à vue samedi. Il se promenait armé sur les toits de l'immeuble où habite son père, place des Vosges...

Grosse frayeur. Gros dispositif police avec en renfort les soldats de l'opération Sentinelle. Et toute la place des Vosges (IVe) évacuée.

Giorgio Piano, 19 ans, fils du célèbre architecte Renzo Piano, auteur du tout nouveau tribunal de justice de Paris, porte de Clichy (XVIIe), coauteur du centre Georges-Pompidou et sénateur de la République italienne, a échappé aux poursuites judiciaires pour « violences volontaires sans ITT avec armes ».

Le fils Piano a été laissé libre. La procédure a fait l'objet d'un classement sans suite par le parquet de Paris. « L'infraction était insuffisamment caractérisée », précise une source judiciaire.

Giorgio Piano a pourtant créé une belle panique ce samedi... Vers 16 h 40, des riverains de la belle place des Vosges (IVe) où la famille Piano habite, ont appelé la police. Sur les toits, ils voyaient un jeune homme grimpé qui se promenait armé et tirait... avec une carabine de type Airsoft à billes.

L'alerte, dans le contexte Vigipirate, avait été prise très au sérieux. Des patrouilles policières avaient convergé, gyrophare et deux tons hurlants, vers les lieux : policiers de la BAC (brigade anticriminalité) du commissariat du IVe arrondissement, policiers de la CSI (compagnies de sécurisation et d'intervention) avec les soldats Sentinelle.

Un périmètre de sécurité était établi. La préfecture commandait un drone pour surveiller ses mouvements sur les toits. Au final, les fonctionnaires l'interpellaient facilement sur les toits.

Interrogé sur ses motivations, Giorgio Piano a expliqué avoir fait ça « pour s'amuser à tirer sur les paraboles ». Ramené au commissariat, il a été placé en garde à vue.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.