Paris : la préfecture de police est "touchée au cœur, mais toujours debout", déclare Didier Lallement

Paris : la préfecture de police est "touchée au cœur, mais toujours debout", déclare Didier Lallement
Didier Lallement, le 30 avril 2019, à Paris

, publié le vendredi 04 octobre 2019 à 16h03

Le préfet de police de Paris a tenu un point-presse ce vendredi 4 octobre durant lequel il a rendu hommage aux quatre fonctionnaires tués par un de leur collègue dans l'enceinte de la préfecture.


Au lendemain de l'attaque perpétrée dans les locaux de la préfecture de police de Paris, une cérémonie d'hommage a été donnée en présence du Ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et du préfet de police de Paris, ce vendredi 4 octobre. Quelques heures plus tard, Didier Lallement a fait un point sur l'enquête, assurant n'exclure "aucune hypothèse".

"Notre lucidité de policier nous amène à n'exclure strictement aucune hypothèse à ce stade", a-t-il déclaré.



Le haut-gradé a également évoqué la configuration des lieux, théâtre de l'attaqua sanglante. "Les locaux sont bien évidemment sécurisés. Certains sont ultra-sécurisés, les nôtres ou les salles de crise. Les conditions de sécurité intérieure sont absolues", a-t-il insisté, face à des "rumeurs persistantes". "L'ensemble de notre service visait à interdire une pénétration qui venait de l'extérieur. C'est la compagnie de garde qui s'est immédiatement portée à l'intérieur pour neutraliser l'assaillant", a-t-il rappelé, adressant au passage un hommage au jeune fonctionnaire qui a abattu l'agresseur. "C'est un jeune fonctionnaire de la dernière promotion d'école de police, qui était là depuis 6 jours. Ce qui montre l'excellence de la formation de nos fonctionnaires".

"Face à ce drame, nous sommes soudés. Nous avons été touchés au coeur, mais nous sommes toujours debout", a t-il martelé face à la presse. "Touchés au coeur mais debout pour répondre au nécessité du service public. Ce qui compte, c'est le service public et l'action déterminée qui ne changera pas, vis à vis des délinquants ou des casseurs", a t-il conclu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.