Paris : la PJ développe son service "cold case"

Paris : la PJ développe son service "cold case"©Panoramic

publié le jeudi 27 mai 2021 à 09h45

C'est un peu d'espoir qui revient pour les familles des victimes d'affaires non résolues. Sur LCI, jeudi 27 mai, le chef de la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris annonce "muscler" les effectifs de cette unité spécialisée.

Une question d'honneur.

La Crim' veut boucler tous ses dossiers, même les plus anciens, et envoyer les assassins devant la justice. Les familles de victimes ne peuvent que s'en réjouir. Environ 70 dossiers sont au point mort ou presque : affaires de viols, de meurtres, de règlements de compte... Alors, la police judiciaire parisienne va gonfler les effectifs de son groupe "cold case", l'unité d'analyse criminelle des affaires classées et d'analyse comportementale (UAC3).

"Contrairement aux idées reçues, ce n'est pas forcément le crime mystérieux qui est le plus difficile à résoudre, mais les règlements de compte, qui sont souvent le fait de professionnels, les familles et les témoins coopèrent peu", a souligné jeudi matin sur LCI Michel Faury, le chef de la brigade criminelle.


"L'approche est à la fois la relecture des dossiers par un enquêteur expérimenté qui apporte un œil neuf, de l'analyse criminelle grâce à l'outil de l'informatique et de l'analyse comportementale pour ouvrir des portes d'enquête. Nous rouvrons aussi ces dossiers à la lueur des progrès phénoménaux de la science", a précisé le patron de la Crim'.

Un pôle "cold case" au tribunal aussi

L'unité "cold case" pourra aussi aider ses collègues sur des affaires actuelles qui ont du mal à avancer. "Il y a parfois des affaires où nous avons compris ce qu'il s'était passé. Mais nous n'avons pas suffisamment de preuves pour incriminer les auteurs et les présenter à la justice. C'est sur ce type de dossier qu'on a besoin d'une relecture pour ouvrir d'autres portes et contourner les difficultés", a expliqué Michel Faury. Ces experts des affaires non résolues, des policiers expérimentés, tenaces et légitimes, pourront aussi être sollicités en cas de disparition inquiétante.

Enfin, elle travaillera en partenariat avec le tribunal judiciaire de Paris, qui monte un pôle spécialisé composé de magistrats chargés de travailler sur les affaires non résolues et les tueurs en série. Les enquêtes sur Michel Fourniret ont souffert de l'absence de passerelles entre les différents services de police et de gendarmerie sur l'ensemble du territoire. Police et justice tentent d'y remédier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.