Paris : la douane met les bouchées doubles contre les vendeurs à la sauvette à Barbès

Paris  : la douane met les bouchées doubles contre les vendeurs à la sauvette à Barbès

Ce vendredi, à Barbès (XVIIIe). Les Douanes ont saisi de nombreux paquets de cigarettes en provenance d'Ukraine, d'Algérie, et du tabac à chiquer très prisé par les Afghans

leparisien.fr, publié le vendredi 06 avril 2018 à 22h39

Deux escouades de la brigade de douaniers de Paris Nord ont fait une « descente » contre les vendeurs à la sauvette, ce vendredi.

Des interpellations de vendeurs à la sauvette, des saisies de cigarettes « made in Ukraine » et de tabac d'origine douteuse destiné aux bars à chicha, des PV...

La Douane de Paris veut occuper le terrain. Et surtout intensifie sa présence autour de Barbès et Porte de la Chapelle (XVIIIe), la nouvelle Zone de Sécurité Prioritaire 10/18 (ZSP) qui réunit désormais les Xe et XVIIIe arrondissement, eldorado des « sauvettes » et trafics en tous genres.

Ce vendredi, deux escouades de la brigade de douaniers de Paris Nord, que nous avons suivies, ont arpenté, comme toutes les semaines, ce quartier. « Le douanier, c'est un chasseur, souligne Franck Lacroix, chef de la division des douanes de Paris surveillance. Il n'aime pas revenir bredouille ! ».

/

Sig Sauer à la ceinture, tenue en civil, jean et baskets, brassard orange fluo « douane » sorti seulement lors des interpellations, les douaniers débarquent à Barbès en équipe avec l'un deux qui surveille la scène. « Ici, c'est un milieu hostile. Il faut être vigilant. Il y a des guetteurs. Ça peut partir en cacahuète ».

Entre 3,50 et 4 euros le paquetStéphane, le chef, Natacha, 29 ans, Julien, 32 ans, master de droit à l'université - « je voulais être policier ou douanier » - Sébastien, 42 ans, ancien militaire, le bras tatoué de masques haïtiens et leurs collègues, ont procédé à une série de contrôles « au flair ».

Si les premières sauvettes se sont envolées comme une nuée de moineaux à l'arrivée des douaniers, place de la Chapelle (XVIIIe), un jeune Tunisien est tombé dans leur filet. « Manque de bol, ironise un douanier, Yanis - pas son vrai nom, les sauvettes n'ont jamais de papier d'identité sur eux ! - débarquait fraîchement du métro Barbès », avec un sac en plastique blanc un peu transparent qui laissait entrevoir des taches rouges que les fins limiers ont aussitôt identifiées comme des Marlboro... vendues entre 3,50 euros et 4 euros le paquet.

Pas de « grosse pioche » ce vendrediLe vendeur, casquette de base-ball vissée sur la tête à l'envers, blouson en simili cuir, s'est laissé fouiller. Il leur a fait croire qu'il avait 17 ans - « Montre moi tes dents ! » lui a demandé Natacha. « Mais non, tu n'es pas mineur ». Puis a signé le PV avant de repartir et de glisser tout sourire un « enchanté » ! « Ils ne nous voient pas comme des policiers. Et puis il sait qu'il ne paiera pas son PV, décrypte lucidement Julien. Il n'a pas d'argent. Mais ça les embête qu'on saisisse leurs cartouches ».

A la Chapelle, un Pakistanais, 29 ans, semblait lui bouleversé en voyant les douaniers fouiller ses sacs. Entre son stock de paquets de tabac à chiquer saisis, un récépissé de demandeur d'asile... « On l'aurait embarqué s'il y avait du stup'», précise Sébastien.

Ce vendredi, il n'y pas eu de « grosse pioche » des douaniers : « c'est le van qui arrive de banlieue pour ravitailler les sauvettes avec une cargaison de 250 kg de cigarettes », précise Franck Lacroix. Mais à la fin de la journée, Stéphane et son équipe avaient saisi 19 kg de cigarettes et de tabac à mâcher et dressé quatre PV dont deux payés !

En chiffres 300 kg de cigarettes et de tabac saisis début 2018.

140 PV dressés contre des vendeurs à la sauvette, des bars à chicha qui utilisent du tabac de contrebande, des petites épiceries qui vendent sous le comptoir

50 à 150 euros environ l'amende

1,6 t de cigarettes de contrebande et de tabac saisis dans la capitale en 2017

+69 % par rapport à l'année antérieure pour le 1er trimestre

IXe, XIe, XIXe et XXe sont les arrondissements qui comptent le plus de bars à chicha à surveiller, avec du tabac à narguilé de contrebande.

Le tabac de cigarettes de contrebande qu'on peut acheter à Paris vient principalement du Sénégal, Afghanistan, Ukraine, Moldavie, Algérie, Tunisie.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.