Paris : grève illimitée dans plusieurs services d'urgences

Paris : grève illimitée dans plusieurs services d'urgences
Des personnels de l'AP-HP manifestent à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail, le 22 mai 2018.

, publié le lundi 15 avril 2019 à 07h30

Les personnels des services d'urgences de cinq hôpitaux de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) dénoncent des conditions de travail insupportables et l'insécurité. 

Les services d'urgences de quatre hôpitaux parisiens se sont mis en grève dimanche 14 avril, à la suite des préavis lancés par SUD-Santé et la CGT, rejoignant ainsi le mouvement initié à la Pitié-Salpêtrière. Les personnels demandent une reconnaissance de la difficulté de leur métier dans les services d'urgences, notamment une hausse des effectifs et une augmentation des salaires.


Sont concernés les hôpitaux Tenon (20e arrondissement de Paris), Saint-Louis (10e), Lariboisière (10e) et Saint-Antoine (12e). Ils rejoignent dans ce mouvement les personnels de la Pitié-Salpêtrière (13e), en grève depuis un mois. Des infirmiers, des aides-soignants et un agent de sécurité y avaient été agressés dans la nuit du 10 au 11 avril par deux patients. 



Une délégation reçue par la direction de l'AP-HP

La liste des services en grève pourrait s'allonger, huit syndicats ayant déposé des préavis de grève entre le 18 et le 20 avril, réclamant "de véritables négociations" sur l'emploi, les salaires et les restructurations en cours. Ce préavis, consulté par l'AFP, a été déposé par les huit principaux syndicats (CGT, SUD, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC, Unsa, SMPS). Ils demandent "l'arrêt des fermetures de services (...), des plans d'économies et des suppressions d'emplois" et revendiquent "la titularisation des contractuels", une "revalorisation" des salaires et un budget "à la hauteur des besoins de la population". 

Une délégation intersyndicale devait être reçue dans la matinée lundi par la direction des hôpitaux de Paris. 

L'accueil des patients et la continuité des soins sont néanmoins assurés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.