Paris : des barrières "anti-SDF" retirées grâce à un tweet

Paris : des barrières "anti-SDF" retirées grâce à un tweet

La mobilisation des réseaux sociaux aura eu gain de cause.

Orange avec AFP, publié le mercredi 27 décembre 2017 à 16h00

Des barrières, posées en travers de grilles d'aération situées rue de Meaux (XIXe arrondissement de Paris) et accusées d'être "anti-SDF", ont été retirées ce mercredi 27 décembre à la demande de la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Ces barrières ne sont pourtant pas neuves : elles avaient été installées il y a 7 ans pour préserver "l'accessibilité d'une bouche de la compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU)", selon le maire socialiste du XIXe arrondissement, François Dagnaud, élu depuis 2013. Mais elles se sont retrouvées sous le feu des critiques ces dernières 48 heures après la publication d'une photo postée le lundi 25 décembre sur le compte Twitter de Chris Page, un sans abri parisien.



Selon lui, ces barrières avaient été disposées de manière à empêcher les personnes voulant bénéficier de la chaleur soufflée de s'y installer. "Grilles d'air chaud où parfois se posaient les SDF. Sauf que maintenant voilà... #Soyonshumains", avait-il écrit sur son compte, tout en alertant la Fondation Abbé Pierre, qui a lancé début décembre une opération pour dénoncer le mobilier urbain "anti-SDF".



Son message avait été relayé près de 2.000 fois sur le réseau social, suscitant une forte vague d'indignation : "Comment les gens qui prennent ce genre de décisions peuvent-ils encore se regarder dans la glace ? Quel manque d'humanité !", s'était notamment offusqué un internaute. "Ils mettent des grilles pour des SDF dans le besoin, mais ils n'oseraient pas le faire pour empêcher les véhicules de stationner", avait lancé un autre. "Je suis outré, scandalisé, mon pays me dégoûte", avait même assuré un troisième.



Des riverains, interrogés par France Bleu Paris, ont expliqué que des pétitions avaient été adressées à l'époque à la mairie de Paris pour protester contre ces barrières. Une voisine a, elle, précisé que des sans-abris "avaient installé un matelas et dormaient à quatre ou cinq dessus, il y a quelques années". "Les SDF se donnaient le tuyau, ce qui fait qu'ils se battaient pour garder leur place", avait ajouté un commerçant. Le maire du XIXe arrondissement assure pourtant qu'"en fonctionnement normal, aucune émission de chaleur" ne sort de cet endroit.



Jugeant ce dispositif "déplorable" et rappelant qu'elle n'était pas maire de la capitale à l'époque, Anne Hidalgo a demandé le retrait "sans délai" de ces barrières. Chose faite ce mercredi matin, comme l'ont constaté des journalistes de France 3.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
12 commentaires - Paris : des barrières "anti-SDF" retirées grâce à un tweet
  • si Monsieur MACRON avait respecté ses promesses (plus personne dans les rues d'ici la fin de l'année) il n'y aurait pas besoin de démonter ces barrières

  • comment un sdf peux posséder un compte twiter et un smart phone pour poster ces images , il faut au moins un abonnement à internet avec la 4g (cout 15 à 50€ mensuel), un smartphone (cout 300 à 1200€) !!

    avatar
    Orphee  (privé) -

    Ma réaction a été la même que la votre : comment ?

    Comme vous, j'ai d'abord pensé que l'argent utilisé pour le smartphone et l'abonnement pourrait l'être plus utilement dans une telle situation, mais à la réflexion, il faut admettre que les sommes engagées seraient très loin de couvrir un loyer. Finalement, si son compte tweeter permet à cet homme de conserver quelques liens sociaux, ce n'est pas plus mal.

  • J'espère ne jamais devenir SDF... A ce qui paraît que ça va très vite pour le devenir...

  • avatar
    minnie-moocher  (privé) -

    SI elle n'était pas maire de la capitale à cette époque, Anne Hidalgo était première adjointe......... !!!! Généralement ces bouches sont protégées du stationnement par des barrières comme sur la photo mais on voit clairement qu'il y a une cinquième barrière au milieu pour en empêcher l'accès. Il est fort probable que ces 5èmes barrières ont été posées à la suite de plaintes de riverains ou du maire d'arrondissement. Certains se plaignent de la présence de SDF, d'autre se plaignent de ces dispositifs.
    Ces barrières ont été posées par les services de voirie sans en référer forcément à la mairie centrale comme il y en a des centaines dans Paris et également dans toutes les autres villes. L'espace public est bien encombré !!!!

  • le populisme de la mairie de paris atteint des limites insoutenables
    paris devient une sorte de cour des Miracles avec insécurité, insalubrité, ( rats.....)

    S'il y a des gens dans les rues, il faut les recenser et trouver des solutions,..... soit des logements dans des casernes ou des restructuration d'immeubles vides avec des chambres individuelles de 12 m carré et mettre tout ce joli monde au travail ( nettoyage de Paris, aide aux personnes âgées) car tout doit se mériter!!!