Paris : BNP Paribas retire ses clous anti-SDF

Paris : BNP Paribas retire ses clous anti-SDF
Une affiche de la fondation Abbé Pierre dénonce le mobilier anti-SDF à Paris le 6 décembre 2017.

Orange avec AFP-Services, publié le mercredi 20 février 2019 à 21h16

L'agence bancaire a reçu un prix la semaine dernière, lors de la cérémonie des "Pics d'or" de la fondation Abbé Pierre, qui récompensait les pires innovations en matière de mobilier urbain anti-SDF. 

Un mobilier urbain, apparemment "inoffensif" mais qui a pour but, en réalité, de repousser les personnes sans-domicile fixe. Des rochers sous les ponts, des pots de fleurs dans les entrées ou des clous sur les rambardes, l'imagination pour empêcher les SDF de s'installer ne manque pas. Le 13 février, BNP Paribas figurait au palmarès des Pics d'or, qui ont récompensé les pires innovations en matière de mobilier urbain anti-SDF. La banque a été épinglée pour son dispositif installé à l'extérieur d'une agence du 2e arrondissement de Paris. Pour cette installation, le groupe BNP Paribas a été désigné vainqueur du Clou, un prix qui récompense le dispositif le plus agressif à l'égard des SDF. 



Selon une information de Novethic, repérée par le HuffPost, mercredi 20 février, BNP Paribas a retiré les pics incriminés. Selon le compte Twitter de la fondation Abbé Pierre, la banque s'était déjà engagée à le faire dès le 15 février. 



"Nous avons décidé de retirer les pics ce week-end suite à la cérémonie des Pics d'or", a commenté pour Novethic une porte-parole du groupe BNP Paribas. "Cela nous a fait un choc", a-t-elle ajouté. 



En tout, six récompenses ont été remises lors de la cérémonie des Pics d'or. "Il faut reconnaître qu'il y a beaucoup d'innovation en la matière", a ironisé Christophe Robert, délégué général de la fondation Abbé Pierre. "On constate une augmentation des dispositifs anti-SDF dans les centres-villes, où on voit bien que les enjeux du commerce, du tourisme et de l'attractivité sont très liés à ce phénomène", explique-t-il. 



"Ce mobilier urbain est a priori inoffensif, on le voit tous les jours et beaucoup de gens ne se questionnent pas sur le fait que sous leurs formes design, ils cachent en réalité une nouvelle forme de criminalisation et de répression à l'égard des personnes qui sont dans la rue", a ajouté la sociologue Marie Loison, aussi membre du jury des "Pics d'or".

Cette remise de prix est le fruit d'une action menée par la fondation en 2018 et baptisée "Soyons humains", qui permettait à tout citoyen de manifester son étonnement ou son désaccord en postant sur un site internet des photos de mobilier urbain anti-SDF. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.