Paris aura-t-il son monument aux animaux morts à la guerre ?

Paris aura-t-il son monument aux animaux morts à la guerre ?
Des élus parisiens demandent une plaque commémorative pour rendre hommage aux animaux utilisés dans les guerres.

leparisien.fr, publié le jeudi 17 mai 2018 à 20h05

Le sujet va s'inviter très officiellement dans les conseils d'arrondissements. Les élus écologistes veulent que Paris rende hommage aux animaux victimes des guerres.

Les onze millions de chevaux, ânes et mulets réquisitionnés pour les besoins des deux guerres, les milliers de chiens et de pigeons utilisés par l'armée française et qui ont connu une fin tragique doivent-il être honorés par la ville de Paris ?

C'est la question qui va s'inviter très officiellement mardi aux conseils d'arrondissement des XIIIe et XIVe arrondissements et qui pourrait se retrouver débattue sous les dorures de la salle du Conseil de Paris les 4, 5 et 6 juin prochains.

Au nom du groupe écologiste, Florentin Letissier, adjoint (EELV) à la maire du XIVe, chargé de l'environnement, va déposer, entre les demandes de subventions et les transferts de baux emphytéotiques, un vœu pour les animaux de guerre.

Dans un contexte « d'anniversaire du centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918 », l'élu demande qu'une plaque commémorative soit apposée boulevard Jourdan (XIVe). L'adresse n'a pas été choisie au hasard.

« A Paris, de 1858 à l'entre-deux-guerres mondiales, il y avait un dépôt de remonte et l'école de dressage des jeunes chevaux sur le boulevard Jourdan », précise Paris Animaux Zoopolis. Cette association parisienne de défense des animaux, à l'origine du vœu, qui a sollicité les élus, a aussi écrit à la ministre des Armées et à la maire de Paris. L'association, qui par ailleurs milite pour les cirques sans animaux et a récemment a engagé « un débat sur la souffrance des poissons », demande au côté des élus un monument commémoratif comme à Bruxelles, Ottawa, Canberra ou encore Londres.

Le monument de Londres nullArnaud Beinat/MAXPPP/

Dans la capitale anglaise, l'Animals in War Memorial, érigé au bord du très chic Hyde Park, inauguré en 2004 par son Altesse royale la princesse Anne, fille d'Elisabeth II, « est dédié à tous les animaux, peut-on lire sur la stèle, qui ont servi et sont morts aux côtés des forces britanniques et alliées dans les guerres et campagnes de tous les temps. Ils n'avaient pas le choix. »

Dans le XIIIe, les écologistes demandent « l'érection d'une sculpture et la pose d'une plaque commémorative au 56, boulevard Arago ».

Jérôme Coumet, le maire PS du XIIIe qui a découvert le vœu, se dit « coi ». « Je ne partage pas cette orientation. Je ne peux pas mettre sur le même plan les humains et les animaux. ».

Florentin Letissier ne conteste pas son point de vue mais estime qu'à Paris, il y a « l'émergence de la condition animale ».

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.