France

Paris 2024 : vers une flambée des prix des logements Airbnb pendant la compétition ?

Les Jeux olympiques et paralympiques, du 26 juillet au 11 août 2024, devraient rapporter gros à la plateforme locative Airbnb et à ceux qui loueront leur logement, d'après une étude consultée par Le Parisien. Une hausse des prix des hébergements temporaires de l'ordre de 85% est prévue.

À un peu plus d'un an des Jeux olympiques d'été Paris 2024, Airbnb se frotte les mains. La venue de 12 à 15 millions de personnes pendant la période de compétition, du 26 juillet au 11 août, devrait inciter de nombreux résidents de la capitale à mettre en location leur logement sur la plateforme locative pour arrondir leurs fins de mois, indique Le Parisien. Un vrai test pour le site, qui va vivre sa première grande expérience olympique en Europe, après Londres, en 2012, où Airbnb arrivait à peine sur le Vieux Continent. Celui-ci a donc commandé une étude au cabinet de conseil Deloitte sur les retombées économiques potentielles de l'événement.

De ces trente pages, consultées par le journal francilien, ressort le constat de l'importance prise par la multinationale américaine dans le logement en Île-de-France. Deloitte estime en effet à 130.000 le nombre de logements qui devraient être mis en location via la plateforme durant les JO, pour un total de 560.000 touristes. "Les hôtes Airbnb devraient gagner autour de 2.000 euros brut (avant impôts et frais divers) en louant leur logement dix jours, selon nos estimations, pendant les Jeux olympiques et paralympiques", annonce Sidy Diop, associé chargé du rapport. En moyenne, le revenu par nuit serait de 200 euros, soit une hausse de 70% par rapport aux prix habituels durant l'année 2022.

Une hypothèse "conservatrice" ?

Le cabinet concède toutefois être parti sur "une hypothèse conservatrice", que la réalité pourrait donc dépasser. Avec 85% de hausse des tarifs des hébergements pendant la période olympique et paralympique anticipés par Deloitte, la flambée serait similaire à celle observée à Londres lors des JO de 2012, mais nettement inférieure, par exemple, à celle qu'a connue Vienne (Autriche) lors de l'Euro 2016. Plus largement, l'étude évalue à un milliard d'euros de chiffre d'affaires les retombées du tourisme sur la période, avec 73 millions d'euros de recettes fiscales et un peu moins de 7.300 emplois équivalents temps plein créés pendant l'année.

publié le 22 avril à 12h55, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux