Panne géante à Montparnasse : "inacceptable" pour la ministre des Transports Elisabeth Borne

Panne géante à Montparnasse : "inacceptable" pour la ministre des Transports Elisabeth Borne
La ministre chargée des Transports le 27 novembre 2017 à l'Élysée.

Orange avec AFP, publié le dimanche 03 décembre 2017 à 21h55

TRANSPORTS. Quatre mois après une panne de signalisation qui avait provoqué une pagaille monstre pendant trois jours à Paris-Montparnasse, un nouveau problème technique a provoqué dimanche l'interruption totale du trafic.

La ministre chargée des Transports a décidé de convoquer lundi le PDG de SNCF Réseau.

Le week-end s'est bien mal conclu pour les milliers de voyageurs qui espéraient se rendre à Montparnasse ou en partir. Conséquence d'une panne technique, tous les trains étaient à l'arrêt dimanche 3 décembre et les voyageurs de Paris, mais aussi Nantes ou Bordeaux, étaient bloqués. La panne, qui a débuté vers 13h30, a été provoquée par une "perte de télécommande des installations de sécurité" qui a empêché de "faire les itinéraires nécessaires et l'ouverture des signaux", a indiqué un porte-parole de la SNCF à l'AFP.

Tous les trains (TGV, Transiliens, TER et Intercités) étaient concernés. La SNCF a toutefois assuré des liaisons vers Nantes, Bordeaux et Rennes à partir de la gare d'Austerlitz à raison d'un train par heure aller-retour. Les Transiliens, TER et les Intercités ne pouvaient pour leur part partir et arriver qu'à la gare de Versailles Chantier.

Dans ce contexte, la compagnie ferroviaire a conseillé aux voyageurs de repousser leur voyage et garanti que toutes les annulations et remboursements se feront "sans frais et pendant un mois".



REPRISE DU TRAFIC LUNDI MATIN

Un responsable de la SNCF a donné une conférence de presse en fin d'après-midi pour expliquer la cause de la panne. "Nous avons procédé ce week-end à une nouvelle configuration des voies de Montparnasse avec pour objectif d'accroître les possibilités de circulation", a-t-il rapporté.

"Cette opération s'est techniquement bien déroulée. Nous avons procédé aux opérations de remise en service vers 12h15 mais dix minutes plus tard un bug informatique s'est déclaré et a nécessité d'interrompre les opérations et d'opter immédiatement pour un plan de transport alternatif", a-t-il expliqué ajoutant que le "problème informatique a été identifié" et qu'une série d'essais est déroulée "pour être tout à fait sûr de pouvoir reprendre les circulations dans les bonnes conditions au plus tard demain matin."



"Le trafic sera normal pour demain matin", a également assuré à l'AFP Alain Krakovitch, directeur général de SNCF Transilien.

"Les Transiliens vont reprendre ce soir progressivement, et puis demain à la première heure, c'est-à-dire les premiers TGV vers 6h du matin reprendront", a indiqué en soirée Patrick Jeantet, le PDG de SNCF Réseau, indiquant que la panne était "réparée".

LA COLÈRE DES PASSAGERS

En milieu d'après-midi, le hall de la gare était bondé de voyageurs, valises au pied et yeux rivés sur leurs téléphones portables pour avertir leurs proches de leur retard ou trouver une solution de repli. Les bornes automatiques étaient prises d'assaut pour échanger les billets, et les agents d'accueil de la SNCF étaient assaillis de questions par des voyageurs partagés entre colère, impatience et inquiétude.

Sur Twitter, de nombreux passagers ont partagé leur détresse. Parmi eux, l'ancien ministre de l'Agriculture socialiste Stéphane Le Foll, "bloqué à Paris Gare Montparnasse comme des milliers de voyageurs..."



La SNCF n'avait pas encore donné en soirée de chiffre officiel sur le nombre de passagers affectés dimanche, mais une source proche du groupe l'estime à "moins de 20.000 passagers".

BORNE CONVOQUE LE PDG DE SNCF RÉSEAU

La ministre chargée des Transports Elisabeth Borne a exprimé via le réseau social "toute (s)a solidarité"envers "les voyageurs impactés" et assuré que tout était "mobilisé pour rétablir au plus vite le trafic" avant de se rendre sur place.





"Ce nouvel incident est inacceptable, quelques mois seulement après celui de juillet et alors que les travaux étaient pourtant prévus de longue date", a indiqué dimanche soir un communiqué du ministère.

"Elisabeth Borne a donc convoqué Patrick Jeantet, Président directeur général de SNCF Réseau, ce lundi à 9h au Ministère, afin qu'il lui expose les raisons de ce nouvel incident et les mesures qu'il propose pour en tirer les conséquences."

Le ministère rappelle aussi qu'après la panne de cet été, la SNCF s'était engagée à mieux informer les voyageurs et améliorer son organisation en cas d'incident. "Si l'incident d'aujourd'hui a encore pénalisé de trop nombreux voyageurs, la mise en place immédiate d'un plan de remplacement, notamment vers la Gare d'Austerlitz, a permis de mieux maîtriser les conséquences de l'incident", indique le communiqué.

L'État a de son côté déclenché le plan PEGASE (Plan contre l'engorgement des gares en situation exceptionnelle) pour permettre aux voyageurs qui arriveront tardivement en gare d'avoir des solutions pour rejoindre leur domicile.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.