Ouragan Irma : Emmanuel Macron se rendra sur place "dès que possible"

Ouragan Irma : Emmanuel Macron se rendra sur place "dès que possible"
Une image de l'île de Saint-Barthélémy publiée par Kevin Barrallon sur son compte Facebook, le 7 septembre 2017

Orange avec AFP, publié le jeudi 07 septembre 2017 à 10h20

Le président de la République craignait un "bilan dur et cruel". Malheureusement, le scénario catastrophe est en passe de se réaliser.

L'ouragan Irma, l'un des plus puissants jamais connus, a tout dévasté sur son passage, faisant au moins 8 morts et 21 blessés sur la seule île de Saint-Martin.

Au réveil jeudi 7 septembre, la métropole a découvert l'ampleur des dégâts dans les Antilles. Les habitants de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy avaient face à eux des paysages apocalyptiques. Emmanuel Macron a promis de se rendre sur place "dès que cela sera possible sans gêner l'action des secours et que les conditions météo le permettront", a indiqué un communiqué de l'Élysée jeudi matin. Le chef de l'État devait se rendre à Athènes jeudi et vendredi.



Le dernier bilan provisoire fait état de 8 morts et 21 blessés sur l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin, dévastée par les vents et la montée des eaux. La ministre des Outre-mer Annick Girardin est arrivée dans la matinée en Guadeloupe, d'où sont coordonnées les opérations de secours. Avec elle, des équipes médicales et de la sécurité civile ont été dépêchées depuis la métropole, ainsi que des sapeurs-pompiers d'Île-de-France et du personnel de la Croix-Rouge. "Malheureusement, nous allons avoir du travail à Saint Barthélémy où les dégâts sont très importants", a commenté la ministre.



Un pont aérien va être mis en place depuis la Guadeloupe, grâce au déblaiement d'une piste d'atterrissage à l'aéroport de Saint-Martin. Un premier vol est prévu pour vendredi afin d 'évaluer les dégâts. "Il est très important d'analyser véritablement les besoins avant d'envoyer des hommes (...) sur les territoires, parce qu'on peut davantage gêner que d'apporter de bonnes solutions", a souligné la ministre.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU