Où vont les migrants évacués?

Où vont les migrants évacués?

Des hommes délogés de la place Stalingrad, à Paris, arrivent dans un centre d'accueil à Sarcelles, le 4 novembre 2016

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 04 novembre 2016 à 17h54

Dans la foulée du démantèlement de la "Jungle" de Calais, les autorités ont procédé à l'évacuation du plus grand campement de migrants de la capitale, ce vendredi 4 novembre. Les 3.852 personnes qui avaient installé leurs tentes aux abords de la station de métro Stalingrad ont été délogées au petit matin.

Comment sont pris en charge ces hommes, femmes, enfants et où sont-ils ensuite hébergés? Éléments de réponse.

"À l'heure à laquelle je vous parle, il n'y a plus de problème humanitaire à Calais, il n'y en a plus non plus à Paris", assurait Bernard Cazeneuve ce vendredi. "On a les places pour héberger tout le monde", renchérissait Emmanuelle Cosse, la ministre du Logement. À chaque évacuation de migrants, les mêmes images : des familles et des hommes seuls attendent leur prise en charge, amassés sur le trottoir, pendant que d'autres montent dans le bus qui les véhiculera vers un centre d'accueil et d'orientation.

- 74 CENTRES EN RÉGION PARISIENNE -

Pour celles et ceux qui avaient trouvé refuge à Paris, la plupart restera en Île-de-France. Ces Soudanais, Afghans et Érythréens ont été répartis entre les 74 centres d'hébergement que compte la région parisienne, comme l'a expliqué le préfet de la région Île-de-France, Jean-François Carenco. Il peut s'agir de bâtiments spécifiquement dédiés à l'accueil temporaire de personnes ou d'espaces aménagés à la hâte, comme des gymnases, pour faire face à l'urgence de la situation.

- À PARIS MÊME -

Dans Paris intra-muros, la mairie a pris en charge 450 personnes vulnérables, mineurs, familles, femmes isolées. La maire Anne Hidalgo, présente lors de l'évacuation vendredi matin, a annoncé l'ouverture dans les prochains jours du "centre d'accueil humanitaire" pour migrants prévu dans la capitale. L'objectif est d'empêcher la reconstitution des campements sauvages.

- GROGNE DANS LES YVELINES -

Dans les Yvelines, des élus se sont opposés à l'arrivée de migrants qui devaient être logés dans un gymnase réquisitionné. L'État doit "mieux s'organiser" et "cesser les réquisitions sous 48 heures", a dénoncé Thierry Gasteau, directeur de cabinet du maire de Maurepas. Les réfugiés ont finalement été réorientés vers un autre local.

Démantelé à plusieurs reprises, le campement de Stalingrad s'était reconstitué rapidement au cours des dernières semaines, dans les quartiers proches de la gare du Nord. Même si la France est plutôt épargnée par la crise migratoire qui frappe l'Europe depuis 2015, une trentaine d'évacuations ont été menées dans la capitale depuis plus d'un an.

 
86 commentaires - Où vont les migrants évacués?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]