Orne : 40 ans après, un incroyable trésor révélé

Orne : 40 ans après, un incroyable trésor révélé©Capture d'écran Ouest France

, publié le dimanche 17 janvier 2021 à 19h00

France Bleu rapporte qu'un mystérieux trésor a finalement été ouvert à Sévigny (Orne). Le coffre-fort contenait des lettres de familles ou même des médailles militaires de la guerre 14-18.

Des dizaines d'années de mystère viennent de prendre fin vendredi 15 janvier. Comme le rapporte France Bleu, un trésor a finalement été découvert. Philippe Esvelin est parvenu à ouvrir le coffre-fort de la famille Hervault, résidant à Sévigny près d'Argentan dans l'Orne. Lorsqu'il a constaté le contenu du coffre, il s'est empressé de parcourir 1 200 kilomètres pour rapporter le fameux trésor.


Pendant de très longues années, ce coffre est resté dans la droguerie de la famille Hervault à Argentan. Cependant, il leur était impossible de l'ouvrir, la clé ayant été perdue. Désespéré, Christian Hervault a fini par le vendre à Philippe Esvelin il y a 17 ans alors qu'il habitait à l'époque à Caen. C'est en 2021, lors d'une visite anodine d'une brocante dans le Var que le nouveau propriétaire du trésor a trouvé la solution : une petite clé qui ouvre enfin le coffre.

Des souvenirs de guerre

Philippe Esvelin explique à France Bleu qu'il s'est retrouvé face à un véritable héritage familial. Il a découvert des médailles militaires datant de la guerre 14-18 qui avaient été données au grand-père de Christian Hervault. Plusieurs télégrammes et des documents administratifs étaient également présents.

Mais ce sont d'autres souvenirs qui ont suscité une vive émotion chez Christian Hervault. Outre le testament officiel de ses parents, il a eu l'occasion de découvrir la lettre touchante de son père Jean. Emprisonné en Allemagne au cours de la Seconde Guerre mondiale, ce dernier y raconte l'annonce de sa libération par les forces américaines.

« Des morceaux de l'histoire familiale qui manquaient » aux yeux de l'homme résidant à Sévigny. Il va prendre soin de ces documents mais devra composer sans le fameux coffre-fort. « 250 kilos c'était trop lourd à ramener », explique Philippe Esvelin à France Bleu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.