Orly : ce que l'on sait de l'assaillant présumé

Orly : ce que l'on sait de l'assaillant présumé
Un policier, aux abords de l'aéroport d'Orly, le 18 mars 2017

Orange avec AFP, publié le samedi 18 mars 2017 à 16h20

Son geste a semé la panique. Un homme de 39 ans "connu des services de police et de renseignement" a été abattu dans un terminal de l'aéroport d'Orly Sud, après avoir agressé un patrouille de soldats de l'opération Sentinelle.

Quelques heures auparavant, l'assaillant avait tiré sur des policiers à Garges-lès-Gonesse, blessant l'un d'entre eux.

BRAQUEUR DE BANQUES ET DE POSTES

Selon les premiers éléments, il est né le 14 février 1978 et a des attaches dans le Val-d'Oise. Les papiers présentés à la police à Garges-lès-Gonesse sont ceux qui ont été retrouvés sur l'homme abattu à l'aéroport. L'homme n'était pas fiché "S" (sûreté de l'Etat), mais fiché "J" (justice) au Fichier des personnes recherchées (FPR) en raison de son placement sous contrôle judiciaire dans une affaire de vol à main armée. Il faisait l'objet d'une interdiction de quitter le territoire. Selon des informations révélées ce samedi par Le Parisien, l'auteur présumé de l'agression s'appelait Zied B. Il aurait fait l'objet de pas moins de "44 signalements au fichier du traitement des antécédents judiciaires", selon une source policière consultée par Le Parisien.


À son "passif" : plusieurs braquages de banques et de postes commis à la fin des années 90, et des casses commis aux quatre coins de la région parisienne (Massy, Asnières-sur-Seine, Boissy-Saint Léger).

"Détecté comme radicalisé", il avait fait l'objet en 2015 d'une perquisition administrative, qui "n'avait rien donné", selon une source policière. Quelques heures après l'attaque d'Orly, les enquêteurs ont placé en garde à vue son père et son frère, qui se sont présentés d'eux-mêmes au commissariat. Selon leurs déclarations, l'assaillant les a contactés en disant "j'ai fait des bêtises. j'ai tiré sur des gens et on m'a tiré dessus".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU