Opération résilience : les militaires ne dresseront pas de contraventions

Opération résilience : les militaires ne dresseront pas de contraventions
Des militaires à Mulhouse, le 23 mars 2020.

, publié le jeudi 26 mars 2020 à 11h25

Les militaires n'auront pas de mission de maintien de l'ordre, assure la ministre des Armées Florence Parly. 

Emmanuel Macron a annoncé le mobilisation de l'armée française en vue des "jours difficiles" qui attendent encore la France face à la vague de l'épidémie de coronavirus : C'est l'opération Résilience. Distincte du dispositif Sentinelle qui mobilise quotidiennement jusqu'à 7.000 militaires contre le risque terroriste, cette nouvelle opération "sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations, ainsi qu'à l'appui aux services publics pour faire face à l'épidémie, en métropole et en Outre-mer", a affirmé le chef de l'État. 


La ministre des Armées, Florence Parly, a détaillé jeudi 26 mars le dispositif, rappelant que les militaires français sont déjà engagés.

"L'armée de l'air a procédé à un certain nombre d'évacuations sanitaires qui a permis de désengorger l'hôpital de Mulhouse", a-t-elle déclaré.


Les missions des soldats seront d'ordre "logistiques", "sanitaires" et "de protection". Mais les militaires ne reprendront pas les missions de police. "Les armées n'ont pas vocation à dresser des contraventions en cas de non-respect du confinement, a précisé la ministre. (...) Le maintien de l'ordre ne fait pas partie des missions militaires. Le maintien de l'ordre, c'est le coeur de métier des policiers et des gendarmes, donc il n'est pas question de changer ces règles."

La France doit s'attendre à des "jours difficiles", a souligné mercredi soir le directeur général de la Santé (DGS), Jérôme Salomon, en annonçant un total de près de 3.000 patients en réanimation (2.827, soit 311 de plus en 24 heures): "c'est un nombre considérable, exceptionnel dans un temps aussi bref et pour une seule maladie".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.