Opération antiterroriste à Argenteuil : un homme placé en garde à vue

Opération antiterroriste à Argenteuil : un homme placé en garde à vue
Des policiers à Argenteuil (Val-d'Oise), le jeudi 21 juillet 2016.

Orange avec AFP, publié le vendredi 22 juillet 2016 à 10h09

- Une opération antiterroriste a été menée jeudi après-midi à Argenteuil (Val-d'Oise) par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), avec l'appui des policiers d'élite du Raid. Deux perquisitions ont été menées de manière simultanée à deux adresses différentes.

Une vingtaine de personnes ont été interpellées et un homme se trouve toujours en garde à vue ce vendredi. -

Cette opération visait à vérifier un renseignement anonyme faisant état d'un projet d'action violente, a indiqué à l'AFP une source policière, qui a précisé que la section antiterroriste du parquet de Paris était saisie des investigations. "Un renseignement est parvenu en début de semaine à la DGSI sur un Franco-Algérien connu pour sa radicalisation et ses liens avec des djihadistes partis en zone de combat", a indiqué au Parisien une source proche de l'affaire. "Il était également fait état de l'imminence d'une action violente dans le secteur d'Argenteuil. L'exploitation de ce renseignement a été jugée crédible, au regard du profil de l'homme désigné comme pouvant passer à l'acte".

"Il y avait au moins une quarantaine de personnes, plus la police de la ville qui encadrait le lieu à hauteur de 300 mètres", a expliqué un habitant du quartier à RFI. "Une quinzaine de personnes du Raid avec des robots, des béliers sont entrés. Après, cinq chiens sont venus avec leurs maîtres et sont restés au moins une trentaine de minutes. Ils sont sortis avec trois femmes et un homme menottés".



PASSAGE DU TOUR DE FRANCE À ARGENTEUIL DIMANCHE

"Un homme, interpellé en début d'après-midi, a été placé en garde à vue dans les locaux de la DGSI", a indiqué à l'AFP en début de soirée une source proche de l'enquête. Sur les lieux d'une des deux perquisitions, avenue du Parc, un riverain a raconté à l'AFP que la maison perquisitionnée, un pavillon de deux étages, était celle d'un marchand de sommeil qui hébergeait une dizaine de personnes. A moins de 2 km de là, un périmètre de sécurité avait également été mis en place autour d'une barre d'immeuble d'une dizaine d'étages située au 102 avenue Maurice-Utrillo, non loin de la gare du Val d'Argenteuil, a constaté la journaliste de l'AFP.

"Si la cible reste inconnue, il n'a pas échappé aux enquêteurs que le Tour de France passe dimanche à Argenteuil", explique Le Parisien, en ajoutant que le parquet de Paris "tient à rester extrêmement prudent sur ce point". Cette opération est sans rapport direct avec l'attaque menée le 14 juillet sur la Promenade des Anglais à Nice (au moins 84 morts).

Une opération antiterroriste s'était déjà déroulée à Argenteuil en mars dernier après l'arrestation d'un ancien braqueur, Reda Kriket. Ce dernier, âgé de 34 ans, avait été conduit par la police dans un appartement de cette commune de la banlieue nord-ouest de Paris, où une petite quantité d'explosifs avait été découverte. Soupçonné d'avoir projeté un attentat, il avait été condamné en son absence en 2015 à Bruxelles avec Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques du 13 novembre 2015, dans un procès de filière jihadiste vers la Syrie.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU